Votre article a été ajouté au panier avec succès !
Continuer mes achats Commander

Spiromètres et Débitmètres

Le débitmètre est un instrument qui permet d'évaluer les capacités respiratoires d'une personne asthmatique ou atteinte d'une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), via la mesure du débit expiratoire de pointe (DEP). Il aide à repérer le début d'une crise d'asthme et à surveiller les effets d'un traitement.

Concrètement, le débitmètre de pointe (ou "Peak flow meter"), vérifie le degré d'obstruction des bronches et donc la sévérité de l'asthme via le DEP. Celui-ci correspond au débit expiratoire maximum, c'est-à-dire à la vitesse maximale du souffle lors de l'expiration forcée. Le débitmètre Peak flow se compose d'un pointeur qui glisse le long d'une échelle graduée et détermine ainsi la capacité respiratoire.
Les professionnels de santé amenés à traiter des pathologies respiratoires ont recours à ce dispositif médical. C'est également le cas d'un autre appareil de mesure de la capacité pulmonaire : le spiromètre volumétrique.

Le spiromètre est effectivement un outil de diagnostic médical qui contrôle la fonction ventilatoire. Il mesure à la fois le volume pulmonaire, c'est-à-dire la quantité d'air présente dans les poumons, et le débit de l'air expiré, la vitesse à laquelle le sujet est capable de souffler lors d'une expiration forcée. Un spiromètre est constitué d'un tube relié à une machine d'analyse (spirogramme). Cet instrument, qui aide à la détection des anomalies respiratoires, est la meilleure méthode de dépistage des maladies pulmonaires obstructives.

Le spiromètre s'utilise dans le cadre d'un examen de spirométrie, test de souffle qui étudie le fonctionnement des poumons et fait partie des Explorations Fonctionnelles Respiratoires (EFR).
Parmi les différents modèles, on retrouve le spiromètre électronique, le Voldyne, le spiromètre connecté et le spiromètre incitatif.

Spiromètres et Débitmètres
Lire la suite

Spiromètres et Débitmètres

Marques
Filtrer la recherche
  • Débitmètre Peak-flow. Mesure le débit expiratoire de pointe chez les enfants et adultes. Permet le suivi de l'asthme et de certaines autres pathologies affectant les bronches. Simple d'utilisation. 

    19,95 € HT 23,94 € TTC
  • Embouts buccaux adulte pour débitmètre Peak-flow par lot de 100. Embouts en cartons de diamètre 30mm, à usage unique à fixer sur le débitmètre avec souffler pour un test respiratoire en toute sécurité.

    12,50 € HT 15,00 € TTC
  • Embouts buccaux enfant pour débitmètre Peak-flow par lot de 100. Embouts en cartons de diamètre 22mm, à usage unique à fixer sur le débitmètre avec souffler pour un test respiratoire en toute sécurité.

    12,95 € HT 15,54 € TTC

Notre site de vente de matériel médical en ligne comporte un ensemble de produits et accessoires médicaux pour les professionnels de santé (trousse de secours, oxymètre, test dépistage drogue, thermomètreglucomètre...). Nous vous garantissons un achat de qualité (fournisseurs reconnus) et sûr (paiement sécurisé).

Quelle est la différence entre le débitmètre et le spiromètre ?

Le spiromètre et le débitmètre sont deux appareils de contrôle de la fonction respiratoire, employés en examen pulmonaire d'EFR. Cependant, ils n'indiquent pas le même type de données :

  • Le débitmètre de pointe donne la mesure du DEP et du VEMS (Volume Expiratoire Maximal par Seconde).
  • Le spiromètre fournit, en plus, la courbe débit/volume et volume/temps et le coefficient de Tiffeneau. Il permet aussi de réaliser des tests de Capacité Vitale Forcée (CVF) et de Capacité Vitale Lente (CVL).

Le débitmètre respiratoire

Quand l’utiliser ?

Afin de suivre l'évolution de son asthme et d'évaluer l'efficacité des médicaments, il est recommandé aux personnes asthmatiques de se doter d'un débitmètre de pointe Peak flow.
L'asthme est une maladie respiratoire chronique qui se traduit par une inflammation et un rétrécissement des bronches. Ce trouble, qui affecte 3,5 millions de personnes en France, provoque essoufflement, gêne respiratoire, respiration sifflante, mais aussi toux et sentiment d'oppression. Il est primordial pour un asthmatique de bien contrôler, au quotidien, son débit expiratoire de pointe et de suivre un traitement adapté. En effet, un asthme mal soigné peut entraîner une grave crise d'asthme ou même une hospitalisation. A noter : on estime à 30% les asthmatiques asymptomatiques. Pour éviter tout risque de complications, il est essentiel pour eux de mesurer régulièrement leur souffle.

Avec un Peak flow, les personnes asthmatiques seront en capacité de prévenir une crise, d'éviter une aggravation de leur asthme et pourront vivre avec peu ou sans gêne respiratoire grâce à un traitement adéquat. C'est pourquoi elles doivent régulièrement surveiller leur souffle (idéalement matin et soir). Au-delà de ces prises quotidiennes, le médecin peut demander à son patient asthmatique de procéder à une évaluation plus précise ou plus fréquente de son souffle en cas de crises inhabituelles, avant la consultation ou après modification du traitement.
Les patients apportent ensuite leurs mesures lors des consultations avec leur médecin qui décidera de conserver la prescription médicamenteuse ou choisira de l'adapter.

En plus de ce contrôle santé quotidien, il leur est conseillé d'effectuer chaque année un examen complet d'EFR. Pour un individu atteint de BPCO notamment, la mesure de son souffle au moyen d'un débitmètre ne suffit pas à lui seul et doit s'accompagner d'un autre test respiratoire (Volume Expiratoire Maximal en 1 Seconde (VEMS1) et indice de Tiffeneau).

Comment se servir d'un débitmètre de pointe ?

Pour bien utiliser un débitmètre Peak flow, il convient de respecter la marche à suivre suivante :

  • Se tenir droit, debout ou assis.
  • Veiller à ce que le curseur soit bien à zéro et à ce que l'embout buccal soit fixé.
  • Inspirer profondément, bouche ouverte, en maintenant l'appareil en position verticale.
  • Placer sa bouche autour de l'embout du dispositif médical en serrant les lèvres.
  • Expirer le plus fort et vite possible.
  • Reproduire l'opération à 3 reprises afin d'assurer la cohérence des mesures.
  • Conserver la mesure la plus élevée. Elle correspond donc à la valeur DEP.

Comment mesurer le débit expiratoire de pointe ?

Pour procéder au calcul du DEP de son patient asthmatique, le médecin va se référer à celui d'une personne en bonne santé, de même sexe, même taille et même âge. Il va ensuite déterminer le degré de gravité de la maladie.
Sur un débitmètre de pointe Peak flow, la valeur DEP de référence est la suivante :

  • Chez l'enfant : entre 50 et 350 litres par minute.
  • Chez la femme : entre 400 et 550 litres par minute.
  • Chez l'homme : entre 500 et 650 litres par minute.

Des valeurs plus faibles que le débit de pointe normal signifient que la personne a des troubles respiratoires (à noter : une variation de 20% est acceptée). Le médecin va donc prescrire un traitement ou adapter celui existant.
Certains débitmètres Peak flow ont un code couleur qui facilite la compréhension des valeurs : la couleur verte indique que l'asthme est bien maîtrisé et le jaune signale une gêne, une crise prochaine possible et le besoin de médicaments. En effet, le DEP baisse souvent dans les heures précédant une crise d'asthme, d'où l'importance d'un contrôle de l'asthme régulier. Si le curseur affiche la couleur rouge, il faut immédiatement se rendre aux urgences car le sujet est en difficulté respiratoire.

A savoir : il existe, en plus du classique débitmètre mécanique, un débitmètre de pointe électronique. Cet appareil évalue la fonction respiratoire de manière plus précise. Ainsi, en plus de donner le DEP, un débitmètre électronique renseigne sur le VEMS1 et le VEMS6, mais aussi la CVF, la Capacité Vitale (CV) et la Ventilation Maximale par Minute (VMM). Ces mesures complémentaires permettent de détecter certains stades de BPCO. Grâce à un débitmètre électronique, on peut mémoriser ses résultats et les connecter à un ordinateur.

Prix débitmètre de pointe et remboursement

Un débitmètre coûte généralement une vingtaine d'euros. On trouve ce produit médical chez des laboratoires comme Comed, Omron et Philips. A savoir : l'Assurance Maladie prévoit une prise en charge à hauteur de 22,87€ tous les trois ans (sur prescription médicale).

Comment nettoyer un débitmètre ?

Le débitmètre Peak flow est constitué d'un embout buccal en plastique ou en carton. Pour une hygiène optimale, il est conseillé de le changer après chaque utilisation. Il est ainsi possible de se doter d'embouts buccaux à usage unique.
Pour les personnes souhaitant réutiliser leur embout buccal, bien le laver à l'eau tiède après la prise de mesures et le nettoyer avec un produit désinfectant. Laisser ensuite sécher l'embout et l'essuyer avant de s'en servir.
Pour empêcher le dépôt de poussières qui pourraient fausser les résultats, nettoyer régulièrement le débitmètre expiratoire de pointe en suivant le procédé détaillé ci-dessus.

Le spiromètre

L'examen spirométrique

La spirométrie est le diagnostic médical qui utilise un spiromètre afin d'établir la capacité respiratoire des poumons. Il est effectué par un professionnel de la pneumologie, un médecin généraliste ou encore un pédiatre ou un pneumo-pédiatre.
Le test de spirométrie détecte les troubles respiratoires, parmi lesquels l'asthme et le BPCO. S'il est prescrit au moins une fois par an pour le suivi des patients souffrant de pathologies respiratoires, il est aussi indiqué en prévention pour :

  • Les fumeurs ou anciens fumeurs sujets à l'essoufflement ou à la toux grasse, âgés de plus de 40 ans ou ayant fumé 1 paquet par jour pendant 15 ans.
  • Les personnes dont le travail sollicite beaucoup la respiration (travailleurs portant en permanence un masque de protection ou utilisant une bouteille à air comprimé, plongeurs...).
  • Les individus atteints de toux fréquente, de maladies ORL courantes ou de respiration sifflante, ayant des antécédents asthmatiques ou issus d'un terrain familial à risque.
  • Les sportifs de haut niveau souhaitant évaluer leur volume respiratoire et connaître leurs limites.

Les asthmatiques et les sujets souffrant de BPCO réalisent fréquemment un test spirométrique pour suivre l'évolution de leurs fonctions respiratoires.
Une spirométrie peut également être faite avant une chirurgie thoracique ou abdominale.

Déroulement d'une spirométrie

On distingue trois tests de spirométrie :

  • La Capacité Vitale (CV).
  • La Capacité Vitale Forcée (CVF).
  • La Ventilation Maximale Forcée (VMM).

Avant une spirométrie, ne pas manger trop lourd et éviter tabac, alcool et activité sportive dans les heures précédentes. Une spirométrie dure environ 30 minutes et se déroule comme suit :

  • Remplir un questionnaire avec des renseignements sur le patient (sexe, âge, taille, poids, fréquence d'activités physiques).
  • S'asseoir, le droit et la tête droits et les pieds à plat.
  • Se boucher le nez avec un pince-nez pour ne respirer qu'avec la bouche et insérer l'embout du spiromètre entre ses lèvres.
  • Test CV (spirométrie simple) : inspirer puis expirer lentement et à fond afin de remplir et vider en totalité les poumons.
  • Test CVF (spirométrie forcée) : inspirer profondément pour remplir les poumons au maximum. Expirer ensuite violemment et rapidement.
  • Test VMM : inspirer et expirer profondément plusieurs fois de suite.
  • Renouveler l'opération trois fois pour un résultat fiable.

L'appareil de spirométrie enregistre les résultats sous forme de courbes et de données chiffrées.

Comment mesurer sa capacité respiratoire ?

Une fois la spirométrie pulmonaire effectuée, le professionnel de la santé détermine les volumes et les débits de l'air expiré à partir de la courbe de spirométrie transmise par le dispositif. L'axe horizontal du graphique correspond au volume d'air et l'axe vertical au débit respiratoire. Il est ainsi en mesure d'établir la réduction de la fonction respiratoire, en se basant sur les normes d'un individu de même âge, sexe et corpulence.

Une spirométrie détectera une bonne capacité ventilatoire ou alors une anomalie respiratoire (asthme, BPCO, syndrome obstructif) ou autre maladie pulmonaire. Elle permet également de suivre l'évolution d'une infection respiratoire afin de réajuster un traitement et de vérifier l'efficacité de médicaments (ex : les bronchodilatateurs).
Dans certains cas, une spirométrie sera complétée par une pléthysmographie, une gazométrie ou d'autres exercices d'EFR.