Votre article a été ajouté au panier avec succès !
Continuer mes achats Commander

Otoscopes

L'otoscope est un appareil de diagnostic médical utilisé par les médecins généralistes, les ORL, les pédiatres ou les audioprothésistes. Il permet de réaliser un examen otoscopique (ou "otoscopie"), c'est-à-dire d'inspecter la structure interne de l'oreille (conduit auditif externe et tympan).
Tout comme le stéthoscope, le pèse-personne et le tensiomètre, l'otoscope est un instrument essentiel des examens médicaux. S'il est avant tout destiné à examiner l'oreille, il peut aussi servir à observer les yeux, le nez ou encore la gorge.
Les principales marques d'otoscopes sont Heine, Welch Allyn, Spengler, Kawe, Walgreens ou encore Littmann.

Otoscopes
Lire la suite

Otoscopes

Filtrer la recherche

Composition de l'otoscope

L'otoscope est un outil à la fois peu encombrant et facile à utiliser. Il se compose :

  • D'un manche : cette partie contient les piles ou la batterie.
  • D'un éclairage : une lampe va venir éclairer le conduit auditif jusqu'au tympan. Le système lumineux est soit direct (LED), soit à fibre optique. On trouve également des modèles à halogène, au xénon ou LED à fibres optiques.
  • D'une lentille grossissante : cet élément contribue à agrandir l'image de deux, trois, voire de quatre fois. L'éclairage et la loupe sont les deux parties phares d'un otoscope. Elles garantissent une vision nette et large de l'oreille.
  • D'un spéculum : cet accessoire se place sur la tête de l'otoscope et s'insère dans le canal auditif. Cet embout est disponible en version jetable, pour une hygiène parfaite. Mais aussi en version réutilisable (en acier inoxydable), à nettoyer et à désinfecter après chaque utilisation. Pour un diagnostic précis, il est important que le spéculum s'adapte parfaitement au calibre du conduit auditif externe. Ainsi, il existe des spéculums en version adulte ou enfant.

L’examen d’otoscopie

L'otoscopie est une pratique qui permet de diagnostiquer certaines anomalies au niveau de l'oreille comme l'otite, un kyste, une inflammation, la présence d'un corps étranger, la tympanosclérose, ou encore une baisse de l’audition. C'est un passage obligé de tout examen otoscopique.
Dans un premier temps, le praticien va examiner la structure de l'oreille à l'oeil nu. Puis, pour accéder à l'intérieur du canal auditif externe, il se munira d'un otoscope. Il en va de même pour le tympan : de par sa situation très en retrait à l'intérieur du conduit auriculaire, son inspection nécessite le recours à un otoscope. Cet outil est en effet indispensable pour bien percevoir les textures, les teintes, les éventuelles déformations, la présence de dépôts calcaires ou encore la perforation de la membrane du tympan.
Pour procéder à une otoscopie, le patient doit être confortablement assis et incliner légèrement la tête dans le sens opposé de l'examen. Le praticien introduit ensuite, doucement et avec une technique précise, la tête de l'otoscope dans l'oreille. L'otoscopie s'accompagne parfois d'autres accessoires tels que la soufflerie (pour les tests pneumatiques du tympan) ou le miroir de Clar.

Les différents types d’otoscopes

  • A éclairage LED : ce type d'otoscope est apprécié pour son autonomie (l'ampoule dure extrêmement longtemps) ainsi que pour sa lumière blanche et homogène qui n'éblouit pas et restitue très bien les couleurs. En revanche, l'ampoule se trouve dans la tête de l'appareil afin d'éclairer directement le conduit auditif, ce qui restreint le champ de vision.
  • A halogène ou xénon : ces modèles conventionnels sont également moins performants du fait de la situation de l'ampoule dans la tête, mais leur prix est par contre attractif. L'halogène donne une lumière homogène de qualité, quand le xénon diffuse une lumière froide aux reflets bleus, avec peu de contrastes et de couleurs. Ces types d'éclairage sont moins qualitatifs qu'un éclairage LED. De plus, un otoscope à lumière directe impose de changer régulièrement les piles ou les batteries.
  • A fibre optique : un otoscope à fibre optique offre davantage de qualité et de précision, notamment dans les zones difficiles d'accès, grâce à son large champ de vision. En effet, contrairement à l'otoscope à lumière directe, l'ampoule est placée dans le manche, ce qui ne gêne pas la vision (aucune ombre ni reflet). Aujourd'hui, une grande partie des otoscopes à fibre optique ont un éclairage LED. L'otoscope LED à fibre optique apporte donc beaucoup plus de lumière et un rendu de meilleure qualité qu'un éclairage halogène ou xénon.
  • L'otoscope connecté : cet otoscope vidéo équipé d'une petite caméra est de plus en plus courant chez les praticiens. Il permet de sauvegarder des images du conduit auditif et de la membrane tympanique, de les afficher sur écran, de les partager avec un autre médecin ou encore de les stocker dans le dossier médical du patient.

Comment choisir son otoscope ?

Comme évoqué précédemment, les critères à prendre en compte lors du choix de son produit sont :

  • L'éclairage
  • Le grossissement
  • La visibilité
  • La source d'alimentation

Ainsi, un ORL se tournera vers un otoscope LED à fibre optique et un médecin généraliste pourra opter pour un otoscope conventionnel à éclairage homogène. Le vidéotoscope est un modèle intéressant pour les professionnels de santé souhaitant interagir davantage avec leurs patients ; ils peuvent alors commenter en direct les images. Quant aux pédiatres, ils se dotent la plupart du temps d'un otoscope pédiatrique avec un spéculum conique et de plus petit diamètre.
Il peut être intéressant pour un particulier de se doter d'un otoscope, notamment si son enfant est souvent sujet à des otites. Cela aide à avoir un suivi régulier et à savoir quand se rendre chez son médecin. L'otoscope conventionnel à éclairage xénon lui conviendra alors très bien.

Prix d'un otoscope

Les entrées de gamme sont les otoscopes à lumière directe à halogène ou au xénon. Le prix d'un otoscope conventionnel à lumière LED est quant à lui plus élevé. Pour ce qui est d'un otoscope à fibre optique, il se trouve dans une gamme de prix supérieure, d'autant plus si l'éclairage est à LED. Enfin, l'otoscope numérique a, sans surprise, un coût non négligeable.
De manière générale, garder à l'esprit que la LED est le mode d'éclairage le plus cher, que les fibres optiques font grimper le prix et que plus la lentille est grossissante, plus le coût est élevé. Les grandes marques d'otoscopes (Welch Allyn, Heine, Spengler...) proposent des instruments de grande qualité, mais aussi plus chers.