Le pansement cicatrisant pour optimiser la cicatrisation d'une plaie

Vous vous êtes blessé ? Procédez donc au soin de votre plaie avec l’application d’une solution antiseptique et d’un pansement. Le saviez-vous ? Pour favoriser la cicatrisation, il est possible d’opter pour la pose d’un pansement cicatrisant.

Quels sont les différents pansements cicatrisants ? Quelles sont leurs actions sur la peau lésée ? Comment se déroule la cicatrisation d’une plaie ? Les réponses à ces questions sont dans notre article ci-dessous !

Plaie

Les étapes du processus de cicatrisation

Lorsque la peau est agressée, une plaie apparaît et, quelques jours plus tard, la peau se referme. Voici les grandes lignes de la cicatrisation, mais ce processus n’est en réalité pas si simple !

La peau est constituée de 3 couches : la couche supérieure : l’épiderme, la couche intermédiaire : le derme et la couche la plus profonde : l’hypoderme. Dès qu’une lésion dépasse l’épiderme et atteint le derme, la cicatrisation se met en marche. Il s’agit alors de fermer la brèche et de limiter le risque infectieux pour l’organisme.

La cicatrisation est en effet fondamentale pour que la peau puisse conserver ses fonctions essentielles. Quelles sont-elles ? Tout d’abord, la peau préserve les organes internes des agressions extérieures (biologiques, physiques, chimiques…). Elle permet ensuite de réguler la température corporelle. Enfin, la peau est un récepteur des messages sensoriels, douloureux et thermiques ; une entrave à ces différentes informations pourrait compromettre la survie de l’individu.

cicatrisation plaie

La cicatrisation passe par les phases suivantes :

  • La phase de détersion : la lésion vient d’apparaître. Le corps va alors se défendre contre les infections et se débarrasser des tissus dévitalisés et abîmés ne pouvant plus assurer la protection de l’organisme.
  • La phase de réparation ou bourgeonnement : petit à petit, de nouvelles cellules du tissu épidermique sont fabriquées et la matrice extracellulaire se forme au niveau du derme. Les vaisseaux capillaires prolifèrent et les fibroplastes (qui produisent le collagène) génèrent un nouveau tissu. Grâce aux kératinocytes, cellules qui recouvrent petit à petit la peau, les bords de la plaie se rapprochent progressivement.
  • La phase de maturation : les fibres de collagène et d’élastine se renforcent et vont restaurer la structure de l’épiderme. La cicatrice s’assouplit alors et devient lisse et douce pour aboutir à une cicatrice définitive. Cette phase dure généralement entre 2 mois et peut s’étendre jusqu’à 2 ans si la lésion était très sévère ou sur des individus atteints d’une maladie. En effet, les personnes souffrant de diabète, d’insuffisance circulatoire ou encore d’immunodépression connaissent une cicatrisation difficile. A noter, les cicatrices peuvent laisser des marques indélébiles sur la peau ; il est donc nécessaire de bien protéger la cicatrice lors de toute exposition au soleil.

Comment faire cicatriser une plaie rapidement ?

Pour assurer la bonne cicatrisation d’une plaie, l’application d’un pansement cicatrisant ne suffit pas. Il est avant tout indispensable de bien soigner la plaie afin de la protéger des agressions extérieures. Comment faire ? Voici les étapes à respecter :

  1. Lavez-vous bien les mains avant de toucher la peau lésée : à l’eau et au savon ou bien avec une solution hydroalcoolique.
  2. Nettoyez la plaie à l’aide d’une compresse stérile imbibée de sérum physiologique (le coton, qui risque de s’effilocher dans la plaie, est déconseillé). Il s’agit là d’enlever les éventuels débris restants ainsi que la poussière. Si la lésion saigne encore, verser de la poudre hémostatique, idéale pour arrêter un saignement.
  3. Bien sécher la plaie.
  4. Ensuite, désinfectez la blessure. Évitez l’alcool qui peut provoquer des sensations de brûlure et irriter les tissus sensibles. Préférez une solution de chlorhexidine digluconate. Cette étape éliminera les risques d’infection.
  5. Il est temps à présent d’appliquer un pansement cicatrisant. Les pansements sont en effet essentiels car une plaie doit toujours rester protégée afin de prévenir les infections et les complications. Gardez-le 3 jours. En fonction de la guérison de la lésion, en poser éventuellement un nouveau. Si une croûte se forme, n’essayez pas de l’enlever, attendez qu’elle parte d’elle-même.
A noter : seule une plaie superficielle peut être soignée par un particulier. Pour les plaies profondes ou très étendues, en revanche, les pansements classiques ne suffisent pas et il est impératif de consulter un professionnel de santé sans attendre. Une plaie superficielle atteint l’épiderme et/ou le derme, quand une plaie profonde affecte en plus l’hypoderme.

désinfecter plaie

Pansement cicatrisant : les différents modèles existants

Il existe plusieurs types de pansements prévus pour accélérer le processus de cicatrisation.

Les sutures adhésives cutanées

Les sutures adhésives cutanées sont des bandelettes que l’on fixe le long de la plaie afin d’en rapprocher les bords. Elles conviennent ainsi pour les plaies ouvertes superficielles (coupure, incision…).
La suture cutanée, dont la Steri-Strip de 3M est le modèle le plus connu, est une aide à la cicatrisation intéressante. Son objectif est double : protéger la plaie des germes et stimuler la cicatrisation. Ces bandelettes garantissent en effet une cicatrisation esthétique, rapide et de qualité.

L’avantage de ce pansement cicatrisant est qu’il se pose très facilement, pas besoin donc de se tourner vers un professionnel de santé. Toutefois, la suture cutanée ne conviendra pas pour soigner une plaie profonde ; une suture avec d’autres produits du type fils ou agrafes sera recommandée (votre médecin vous indiquera le traitement le plus approprié).

Le pansement interface Urgotul

Urgotul, des Laboratoires Urgo, est une compresse interface lipido-colloïde souple qui favorise la cicatrisation en milieu humide en évitant la macération. En effet, au contact de la plaie, la trame imprégnée de particules hydrocolloïdes et de vaseline va optimiser le processus cicatriciel. Cette compresse, qui n’adhère pas à la plaie ni à ses pourtours, laisse passer l’air et respecte les tissus néo-formés pendant la cicatrisation.

Ainsi, l’application d’un pansement Urgotul peut entraîner une résorption de la plaie jusqu’à 50% plus rapide. Facile à appliquer et indolore au retrait, le pansement interface est donc un produit très avantageux qui peut être utilisé par le plus grand nombre. S’il aide à la cicatrisation des plaies aigües et chroniques, Urgotul permet aussi un soulagement des brûlures.

Le pansement hydrocolloïde

La technologie hydrocolloïde crée un environnement propice à la cicatrisation. Ce gel dermo-reconstituant forme en effet un coussinet protecteur autour de la plaie. Un milieu humide qui isole la plaie, la protège de toute contamination et accélère la cicatrisation. Ainsi, grâce à ce soin cicatrisant, fini les vilaines cicatrices et les croûtes disgracieuses ; plus rapide (environ 2 fois plus qu’avec un pansement normal), la cicatrisation est aussi plus esthétique.

Contrairement aux pansements secs qui doivent être changés tous les jours, les pansements hydrocolloïdes peuvent rester en place 3 jours. Etanche et agréable à porter, ce pansement cicatrisant se retire ensuite sans douleur. Il convient aux blessures superficielles non infectées, mais aussi aux ampoules dont il soulage immédiatement la douleur.

Le pansement spray

Très simple à utiliser, le pansement spray Urgo est le produit indispensable à avoir dans sa trousse de secours, surtout si l’on a des enfants familiers aux petits bobos (éraflures, écorchures…). En une vaporisation sur la blessure, il se forme un film transparent (technologie Filmogel®). Tel une seconde peau, ce pansement Urgo protège la lésion en exerçant une action antiseptique et en réduisant le risque d’infections. La cicatrisation est ainsi favorisée.

Le pansement cicatrisant en spray peut être appliqué partout, y compris sur des zones difficiles d’accès (genoux, coudes). Résistant à l’eau et aux frottements, il se résorbe de lui-même.

poser suture adhésive

Les atouts du pansement cicatrisant

Vous l’avez compris, le pansement cicatrisant multiplie les atouts en comparaison à un pansement classique. Voici un petit récapitulatif des raisons de privilégier ce type de pansement :

  • Il apaise la douleur dès l’application.
  • Il isole la plaie et la protège des contaminations extérieures, ainsi que des frottements ou des chocs.
  • Il maintient la plaie dans un milieu humide qui garantit une cicatrisation plus rapide.
  • Il permet une cicatrice plus esthétique et évite les cicatrices disgracieuses.
  • Il est hermétique et peut être gardé sous la douche ou dans l’eau.
  • Il est souple et confortable.
  • Il se garde jusqu’à 3 jours.
  • Il se retire facilement et sans douleur.

 Ce qu’il faut retenir

  • Le processus de cicatrisation de la peau suit 3 phases : la phase de détersion, la phase de réparation et la phase de maturation.
  • Une plaie doit être nettoyée et désinfecter au plus vite après le choc. Il convient ensuite d’appliquer un pansement dessus.
  • Il existe plusieurs modèles de pansements cicatrisants : les sutures adhésives cutanées, le pansement interface Urgotul, le pansement hydrocolloïde ou encore le pansement spray.
  • Le pansement cicatrisant présente de nombreux avantages dont celui d’accélérer la cicatrisation.
Conclusion : la cicatrisation est un processus complexe qui peut être long et laisser une cicatrice inesthétique. Le pansement cicatrisant, qui permet de cicatriser plus vite et garantit une cicatrisation esthétique, est une bonne option. Facile à appliquer, c’est un produit incontournable à toujours avoir dans son armoire à pharmacie !
Retour haut de page