Que faire en cas de
saignement du nez ?

Le saignement du nez, qu’il soit abondant ou seulement de quelques gouttes, est généralement bénin. Il faut tout de même adopter une réaction rapide en premier soin pour arrêter une hémorragie nasale et la soigner. Il est cependant nécessaire de s’inquiéter lorsqu’un saignement de nez fréquent et à répétition paraît anormal. Medisafe vous explique comment arrêter un saignement de nez.
saignement de nez cause

Saignement du nez : définition

Le saignement du nez est un trouble d’ordre hémorragique que l’on appelle aussi epistaxis et qui se caractérise par un écoulement de sang en provenance des fosses nasales et engendré par une lésion des vaisseaux sanguins. L’écoulement peut se faire directement en bas des grosses narines ( écoulement antérieur), vers la gorge ( écoulement postérieur) ou les deux (plus rare). On observe davantage de saignement avec écoulement antérieur en raison de la zone de la tache vasculaire du nez qui est une région avec une abondance de vaisseaux sanguins.

Le saignement du nez est fréquent chez l’adulte comme chez l’enfant, il est le plus souvent bénin. Le saignement de nez peut survenir sur une seule narine ou les deux à la fois. Il dure généralement moins de 5 minutes.

L’hémorragie nasale peut toucher tout le monde, en raison de la fragilité de la muqueuse à l’intérieur de la cavité nasale.

Certains cas nécessitent tout de même une consultation chez le médecin car l’epistaxis peut être l’un des symptômes d’une pathologie plus grave. La fréquence des écoulements, la durée ou encore la puissance du flot peuvent amener à s’inquiéter.

Les professionnels de santé dont la spécificité porte sur les voies respiratoires (pneumologues, allergologues ou ORL) alertent sur une augmentation constante des inflammations avec saignement en raison de la pollution.

Pourquoi on saigne du nez ?

Les enfants de moins de 10 ans, les femmes enceintes en pleine grossesse et les personnes âgées ont tendance à saigner davantage que le reste de la population, dans ces cas une épistaxis a souvent une cause précise et est bénigne. Il existe une multitude de causes pouvant amener à un saignement du nez.

Les causes bénignes sur le long terme se caractérisent par des epistaxis inaccoutumés et qui se soignent facilement. La raison est bien souvent identifiable.

  • un traumatisme du nez : lors d’un choc contre le nez (chute, boxe, coup…), il est fréquent qu’un écoulement de sang arrive en raison du traumatisme subi par la muqueuse nasale enflammée.
  • un grattage de la muqueuse : une sécheresse nasale peut pousser à se gratter l’intérieur du nez qui est déjà affaibli par l’état de sécheresse et qui a tendance à facilement saigner.
  • lors de la consommation de drogue par le conduit nasal : la consommation de drogue via les cloisons nasales peut engendrer une irritation avec saignement de ces dernières. Il n’est pas rare pour un cocaïnomane de moucher du sang.
  • lors de la consommation d’alcool à répétition : une personne souffrant d’alcoolisme peut souffrir d’éthylisme, une intoxication chronique due à l’alcool qui peut engendrer des saignements du nez.
  • une exposition au soleil trop importante : peut causer , en particulier chez les personnes âgées et enfants, un saignement du nez. La pratique du sport en plein soleil favorise cette affection. On ressent en général et dans ce cas-là une sensation de nez bouché. À noter qu’un saignement de nez peut signifier une insolation.
  • une infection ORL : une infection de la sphère ORL (oto-rhino-laryngologie) peut entraîner une inflammation de la muqueuse nasale avec hémorragie externe. C’est par exemple le cas lors d’une rhinite, d’une sinusite ou d’un rhume).
  • un air trop sec : la sécheresse de l’air peut être la cause d’une epistaxis.
  • un éternuement brutal avec bouche fermée : cela peut provoquer une lésion de la muqueuse nasale.
  • Les allergies : elles peuvent engendrer une inflammation des parois nasales.
  • la présence d’un corps étranger : peut faire saigner du nez.
  • le stress : la tension engendrée par une montée de stress peut entraîner un saignement.
  • La prise de médicaments : peut entraîner des epistaxis. Quel médicament fait saigner du nez ? les médicaments anticoagulants et les pulvérisations de décongestionnant, entre autres.

Un saignement de nez fréquent, à répétition et abondant qui a du mal à s’arrêter est souvent l’un des signes d’une maladie plus grave. Il est donc important de consulter dés lors que l’on a des doutes sur la nature et la cause de l’épixtasis ou que l’écoulement de snag en provenance de la cavité nasale est accompagné de d’autres symptômes (maux de tête céphalée, courbatures…). Cela peut indiquer dans les cas les plus graves :

  • Un cancer de la sphère ORL : certains cancers, dont le cancer des fosses nasales et des sinus sont caractérisés par des saignements du nez. À noter que certaines tumeurs bénignes peuvent également provoquer un écoulement nasal de sang. Ces cancers sont le plus souvent la résultante de l’inhalation de produits toxiques.
  • Des maladies de coagulation : la baisse de plaquettes sanguines ou l’hémophilie peuvent engendrer un saignement de nez fréquent dû à des troubles hémorragiques.
  • La maladie de Rendu-Osler-Weber : ou télangiectasie hémorragique héréditaire qui se caractérise par des malformations des vaisseaux vasculaires et l’absence de capillaires.
  • L’hypertension artérielle : elle peut faire saigner du nez en se mouchant.

Que faire quand on saigne du nez ?

Comment arreter un saignement du nez ?

Si le saignement du nez a une cause bénigne, il est simple de s’automédiquer. Les soins sont simples à effectuer, mais il est crucial d’adopter les bons réflexes dans un premier temps pour limiter les saignements. Dans le cas de saignements liés à un traumatisme, il est recommandé d’appuyer avec un pack froid (thérapie par le froid) pour soulager la douleur du choc et stopper ainsi avec davantage de facilité l’hémorragie. La bonne réaction pour préserver sa santé est de s’asseoir en penchant la tête vers l’avant. Il ne faut pas pencher la tête vers l’arrière, cela pourrait engendrer un risque de descente de sang vers la gorge et provoquer des vomissements. Une fois la position idéale adoptée, il s’agit ensuite d’évacuer le ou les caillots sanguins en se mouchant. Une fois les caillots évacués, il faut réaliser des soins. Il existe plusieurs solutions pour stopper des saignements du nez.
  • La meche hemostatique Coalgan : une fois torsadée et humidifiée la Coalgan meche hémostatique se place directement dans la narine pour stopper les saignements grâce à ses ions calcium.
  • Le coton imbibé : utiliser du coton hydrophile imbibé de sérum physiologique ou d’une autre solution à pH neutre et le mettre dans la narine facilitera la guérison de la muqueuse endommagée.
  • Dans le cas ou la victime n’a pas de trousses de premiers secours avec du matériel adapté. Elle peut utiliser un mouchoir en guise de compresse ou un bout de tissu pour stopper l’écoulement sanguin.
Une fois le saignement maitrisé, il faut comprimer l’aile du nez en appuyant pendant une dizaine de minutes. Il est ensuite recommandé de se rincer et nettoyer les cavités nasales avec un sérum physiologique, dont la propriété isotonique (similaire aux fluides humains) n’endommage pas la muqueuse.

Que faire en cas de complication ?

Il se peut qu’une epistaxis présente cependant quelques complications, en particulier si la victime suit un traitement à base :
  • d’aspirine
  • d’anti-inflammatoires
  • d’autres médicaments destinés à traiter des problèmes de coagulation
Il faut alerter rapidement le médecin ou emmener le patient vers le centre de service hospitalier le plus proche pour une consultation. Le professionnel de la santé peut mettre en œuvre les techniques requises pour arrêter le saignement du nez. Il peut utiliser le méchage qui consiste en la compression du vaisseau sanguin touché, par l’introduction d’une gaze médicale dans la ou les narines qui saignent. Chez d’autres personnes, un saignement persistant peut se manifester au bout de 20 minutes de traitement. Dans ce cas, deux autres techniques peuvent être mises en œuvre : la compression par introduction d’un tampon qui se gonfle au contact du sang dans les narines et l’utilisation de produit chimique ou d’un laser pour cautériser le nez et ses vaisseaux sanguins. Enfin un méchage postérieur sous anesthésie générale est possible, lorsque le saignement persiste malgré la mise en place des traitements précités.

Quelques précautions contre les saignements du nez

Quelques gestes simples permettent d’éviter l’irritation de la muqueuse nasale, et corollairement, de limiter les risques de saignement du nez. Il s’agit tout d’abord d’éviter d’introduire le doigt dans le nez, et d’en finir avec les mouchages trop intenses et fréquents. Par ailleurs, un air ambiant trop sec favorise le saignement de nez, et doit être humidifié. Pour finir, les personnes sujettes à des saignements trop fréquents doivent éviter autant que possible la prise de médicaments anti-inflammatoires et d’aspirine.

 Ce qu’il faut retenir

 
  • Un saignement de nez est généralement bénin. Il faut s’inquiéter dés lors qu’il est fréquent et à répétition.
  • Il existe de multiples causes (soleil, choc, sinusite, consommation de drogue, allergie, stress… qui peuvent entraîner un saignement anormal.
  • Un saignement nasal peut être un symptôme d’une maladie plus grave tel qu’un cancer des voies nasales, de l’hypertension artérielle, d’une maladie de coagulation…
  • En cas d’epistaxis il est préférable de pencher la tête vers l’avant. 
  • Il est recommandé d’utiliser une solution hémostatique pour stopper le saignement.
  • Après l’arrêt de l’hémorragie il est conseillé de nettoyer son nez avec du sérum physiologique.

Au moins 60% de la population française a au moins saigné du nez une fois dans sa vie. Cette lésion courante peut pourtant être le signe d’un problème de santé plus grave. Il est bon de prendre en considération chaque saignement du nez en fonction du contexte, afin d’analyser les causes et de traiter au mieux l’epistaxis. 

Retour haut de page