01 83 62 08 26 Lun. - ven. 9h - 18h
1er acteur de la chaîne des secours

Premiers secours chez le nourrisson : les 6 gestes à connaître

Qu'il soit nouveau-né (moins de 7 jours) ou nourrisson (jusqu'à 1 an), un bébé est extrêmement fragile. Fièvre, hémorragie, étouffement... il est important de savoir comment réagir face à ces situations courantes. En maîtrisant les gestes de premiers secours petite enfance (PLS, massage cardiaque, bouche-à-bouche...), il est en effet possible de sauver son bébé et de lui éviter de graves séquelles. Quels sont les incidents les plus fréquents chez un bébé et quels sont les gestes qui sauvent ? Le point dans cet article.
Sommaire
    Publié le 23/08/2021, mis à jour le 29 avril 2022
    9.05 minute(s) de lecture
    Par Marie
    secours nourrisson - 1

    Tout premier réflexe à avoir : appeler le 15 !

    La toute première chose à faire si le nourrisson est en danger est d’appeler les secours : le 15 (Samu), le 18 (pompiers) ou bien le 112 (numéro européen d’appel d’urgence). Cela va permettre l’intervention rapide d’une équipe de secouristes. Penser alors à bien décrire à son interlocuteur l’état du bébé, les éventuels gestes qui ont été prodigués, et bien sûr à communiquer son adresse et ses coordonnées. L’interlocuteur pourra donc, en attendant l’arrivée des secours, donner des premières directives à réaliser.

    Les gestes de base de premiers secours bébé

    Voici quelques gestes qu’il est nécessaire de connaître afin de prodiguer au bébé les premiers soins en attendant l’arrivée des secours.

    La PLS

    Il est indispensable de maîtriser le processus de la position latérale de sécurité :

    • Prendre le bras du bébé (par exemple le droit) et le poser à 90°.
    • Placer le dos de sa main gauche contre sa joue droite et garder sa propre main appuyée dessus (paume contre paume).
    • Soulever ensuite le genou gauche en ramenant le talon près des fesses.
    • Appuyer légèrement sur ce genou pour basculer le bébé vers la droite.
    • Retirer sa propre main de la joue du bébé.
    • Remonter son genou droit jusqu’à ce qu’il soit stable.
    • Rester enfin à côté du bébé jusqu’à l’arrivée des secours.

    Cette technique est applicable pour un adulte comme pour un enfant. Toutefois, pour un bébé, il est avant tout primordial de le placer sur le côté, que ce soit sur un lit ou dans les bras.

    Le bouche-à-bouche-à-nez

    Le bouche-à-bouche est une technique de secourisme ayant pour but d’insuffler de l’oxygène à une personne en arrêt cardio-respiratoire.

    • Allonger le bébé sur le sol ou sur ses genoux.
    • Placer sa tête en position neutre puis lui ouvrir la bouche.
    • Pratiquer cinq insufflations en englobant à la fois sa bouche et son nez (bouche-à-bouche-à-nez). Entre chaque insufflation, bien prendre le temps d’inspirer. Le bébé ayant des petits poumons, les insufflations doivent être modérées.
    • Effectuer ensuite un massage cardiaque.
    • Alterner insufflations et massage cardiaque jusqu’à l’arrivée des secours ou jusqu’à la reprise de conscience du bébé.
    gestes-premiers-secours-bébé-410x1024

    Le massage cardiaque et la compression thoracique

    Un nourrisson inconscient ou qui ne respire plus est en arrêt cardiaque. Cela peut être dû à une noyade, à une électrocution ou à un étouffement. Tenter de réanimer le bébé en attendant les secours peut lui sauver la vie. Voici donc les étapes pour réaliser un massage cardiaque nourrisson :

    • Positionner le bébé de dos, sur une surface dure et le haut du corps dénudé.
    • Procéder aux compressions thoraciques : appuyer sur le bas du sternum (à la jonction des dernières côtes) à l’aide de deux doigts puis compresser entre 100 et 120 fois par minute.
    • Continuer ainsi jusqu’à ce que l’abdomen se soulève.
    • Alterner ensuite compressions-insufflations (bouche-à-bouche).
    gestes-premiers-secours-bébé

    L’utilisation d’un DAE

    Un massage cardiaque sera plus performant s’il est accompagné d’un défibrillateur automatique externe (DAE). Saisir, si le défibrillateur en possède, les électrodes spécial enfant. En placer une au milieu du thorax du bébé et l’autre au centre de son dos.
    Néanmoins, si le défibrillateur est seulement équipé d’électrodes pour adulte, les utiliser tout en activant le mode pédiatrique. En cas de doute, toujours suivre les indications orales indiquées par le défibrillateur.

    gestes-secours-nourrisson-1024x683

    Le pansement compressif et le garrot

    Le pansement compressif et le garrot sont des techniques qui se pratiquent en cas d’hémorragie.

    • Comprimer la plaie avec la paume de la main.
    • Poser ensuite un pansement compressif à l’aide par exemple d’une compresse de gaze recouverte d’une bande tendue (ex : bande Velpeau).
    • Si cela ne suffit pas à stopper le saignement, poser un tissu (type foulard) autour de la plaie (mais jamais sur une articulation).
    • Faire deux tours puis fermer à l’aide d’un noeud. Poser sur le noeud un stylo (ou un bâton ou encore une cuillère). Réaliser un double noeud dessus. Faire un dernier tour puis serrer avec un noeud par-dessus le stylo.
    • Faire ensuite tourner le garrot pour plus de compression, afin d’arrêter complètement le saignement.

    La claque dorsale

    Cette méthode est le plus souvent employée dans les situations d’étouffement. En effet, elle a pour but d’entraîner un mouvement de toux et d’aider à l’expulsion d’un corps étranger.

    • Allonger le bébé sur le ventre sur son avant-bras.
    • Surélever son bassin avec un bras. Son tronc doit être incliné à 45° pour empêcher que le corps étranger ne s’enfonce davantage dans la trachée.
    • Taper vigoureusement dans le dos (entre les omoplates) avec l’autre main. 5 tapes maximum.
    • Après chaque claque, observer si le corps étranger a été rejeté. Ce sera le cas si le bébé recommence à respirer ou tousse.
    • En revanche, si les claques dorsales n’ont pas été fructueuses, passer aux compressions thoraciques.

    Savoir réagir en fonction des situations

    Etouffement

    Si le bébé émet des sons qui semblent inhabituels ou s’il a du mal à respirer tout en toussant et en pleurant, il est fort probable qu’il s’étouffe. L’étouffement correspond en effet au passage d’un corps étranger non pas par la voie digestive (oesophage) mais par les voies respiratoires (trachée, larynx).

    On parle d’étouffement partiel si les voies aériennes sont partiellement obstruées. Si l’air ne passe plus, il s’agit d’un étouffement total.

    En cas d’obstruction partielle des voies aériennes, l’enfant est capable de tousser. Il y a alors des chances qu’il parvienne lui-même à recracher le corps étranger. Il est ainsi conseillé de l’asseoir sur une chaise et de l’encourager à tousser. En revanche, ne surtout pas lui taper dans le dos au risque de provoquer une obstruction totale.

    En cas d’étouffement total, le nourrisson n’émet aucun son ni toux et ne respire pas, mais sa bouche est la plupart du temps ouverte. Son visage peut tourner au bleu à cause du manque d’oxygène.

    Voici donc la marche à suivre :

      • S’asseoir sur une chaise. Placer le bébé à plat ventre sur son bras, en tenant la tête par une main (surtout pas au niveau du cou), inclinée vers le sol.
      • Le maintenir fermement, puis lui frapper vigoureusement le dos 5 fois, au niveau des omoplates.
      • Regarder ensuite l’intérieur de sa bouche et enlever délicatement le corps étranger expulsé. Faire attention à ne pas le repousser au fond de la gorge.


    Dans le cas où le nourrisson ne respire toujours pas :

    • Le retourner sur le dos.
    • Maintenir sa tête basse.
    • Pour déterminer le centre de sa poitrine, tracer une ligne avec son doigt entre les deux tétons. Descendre ensuite d’une largeur de doigt en dessous de cette ligne imaginaire.
    • Au niveau de ce point, exercer 5 compressions thoraciques en utilisant son index et son majeur, en appuyant sur la poitrine, vers l’intérieur et vers le haut.
    • À chaque compression, regarder si le bébé a expulsé le corps étranger.


    Si la manœuvre réussit, ne pas hésiter à composer le 15 ou à consulter un médecin pour vérifier l’état de l’enfant. A l’inverse, si elle n’est pas concluante, le bébé va perdre connaissance et entrera en arrêt cardiaque. Pratiquer donc du bouche-à-bouche-à-nez et des compressions thoraciques en attendant les secours.

    Arrêt cardiaque

    Le nourrisson, qui semblait être en pleine forme, est retrouvé inanimé. Il convient alors d’effectuer les gestes de premiers secours ci-dessous :

    • Essayer de réveiller le bébé par de légers stimuli et en l’appelant.
    • S’il ne réagit pas, appeler immédiatement les urgences et prodiguer de suite les premiers soins.
    • Le poser sur une table.
    • Vérifier les voies aériennes. Mettre la tête bien droite. Si la tête et la langue tombent, c’est qu’il y a détresse respiratoire.
    • Inspecter l’intérieur de la bouche pour voir s’il n’y a pas un objet coincé.
    • Se pencher pour écouter la respiration du bébé. S’il respire, il faut le mettre en position latérale de sécurité. S’il a du mal à respirer ou ne respire pas du tout, il faut lui faire 5 bouche-à-bouche-à-nez.
    • Passer à la réanimation cardio-respiratoire si le nourrisson ne présente aucun signe de vie : 15 compressions thoraciques suivies de 2 bouche-à-bouche.
    • Utiliser un DAE.
    gestes-secours-bébé

    Hémorragie

    Le bébé est tombé, s’est coupé ou s’est cogné et il saigne. Voici la marche à suivre :

    • Se laver les mains ou les désinfecter avec du gel hydroalcoolique.
    • Compresser la blessure avec la main.
    • Mettre le nourrisson en position allongée.
    • Placer un pansement sur la plaie puis le maintenir avec une bande de tissu fermement nouée afin de stopper le saignement.
    • Pour une blessure sur un membre uniquement (ni sur le tronc ni sur le cou), si l’hémorragie ne s’arrête pas, il faudra faire un garrot.
    • Même si le sang s’arrête de couler, faire attention à ne pas enlever ni desserrer le garrot car la plaie pourrait recommencer à saigner plus qu’avant.
    • En cas de saignement de nez chez un nourrisson, appeler directement les secours. En effet, cela n’est pas un phénomène normal chez un bébé. En attendant leur arrivée, lui pincer le nez et pencher sa tête en avant. On peut aussi lui insérer une mèche hémostatique.

    Fièvre

    La fièvre est un phénomène naturel que le corps met en place pour lutter contre les infections. La température normale oscille entre 36,6°C et 38°C. Si le bébé a moins de 3 mois et une température supérieure à 38,5°C, il faut alors se rendre immédiatement aux urgences. Si le nourrisson a une légère fièvre, appliquer les conseils suivants :

    • Baisser la température de la pièce si celle-ci est supérieure à 20°C.
    • Déshabiller le bébé.
    • Lui donner de l’eau.
    • Passer sur son corps un gant imbibé d’eau froide.


    Si la fièvre ne passe pas après ces précautions et au bout de 48h, consulter au plus vite un médecin.

    Brûlure

    La peau de bébé est rouge, elle présente une enflure, voire une cloque ? Le jeune enfant s’est possiblement brûlé avec de l’eau chaude, la flamme d’une bougie, un réchaud ou encore le soleil. Une brûlure est considérée comme grave lorsque sa surface correspond à plus de moitié de la paume de la main du bébé. Dans ce cas, contacter immédiatement les secours. Si la brûlure est plus minime, procéder comme suit :

    • Enlever ses vêtements.
    • Rincer la zone brûlée avec de l’eau tiède (10 à 20°C) (surtout pas glacée) pendant une vingtaine de minutes.
    • Appliquer ensuite une compresse Hydrogel ou une couche épaisse de crème grasse de type Biafine.
    • Soulager les douleurs du bébé par l’administration d’un antalgique.
    • Éviter de refroidir le corps en entier pour prévenir l’hypothermie.
    • Toujours faire examiner le nourrisson après les premiers soins.

    Anticiper en se formant aux gestes de premiers secours chez le nourrisson

    Qu’est-ce que les premiers secours ?

    On appelle premiers secours, ou secourisme, les gestes à accomplir pour aider toute personne en danger. Celle-ci peut être touchée par un problème de santé, un accident ou une catastrophe naturelle, et son pronostic vital peut être engagé. Ces gestes auront ainsi pour fonction de minimiser les effets à court et à long terme de ce danger. Ils permettront d’apporter les premiers soins nécessaires avant l’arrivée des urgences ou des pompiers, voire de sauver une vie.

    Par conséquent, il est important que chaque individu se forme à l’apprentissage des techniques de premiers secours afin de pouvoir aider son prochain dans diverses situations de la vie quotidienne (accident de la route, arrêt cardio-respiratoire, traumatisme, étouffement, malaise, hémorragie, brûlure, blessure, noyade, morsure de serpent, piqûre d’insecte…).

    Comment se déroule la formation de secourisme ?

    La formation de base aux premiers secours, encore appelée « Préventions et Secours Civiques de niveau 1 » (PSC1), explique comment se conduire et que faire en cas de survenue d’un quelconque incident sur la personne. Elle est proposée par de nombreux organismes en France (Croix-Rouge, sapeurs-pompiers, écoles, entreprises, assurances, etc.). On peut y assister à partir de l’âge de 10 ans et cela dure environ 10 heures.

    Le participant sera tout d’abord formé aux gestes à effectuer dans une situation d’urgence. On lui apprendra également à passer un appel d’urgence calme et bien précis, en mentionnant en détail les circonstances et l’état de la victime.

    La formation débute par quelques principes théoriques à travers des études de cas ou des images. Le participant sera ensuite appelé à pratiquer des exercices de simulation sur un mannequin de secourisme ou un autre participant : massage cardiaque, bouche-à-bouche, désobstruction des voies aériennes, etc.

    De plus, il sera initié aux différents matériels de secourisme, comme la pose d’un garrot ou encore l’utilisation d’un défibrillateur.

    Il est par ailleurs conseillé d’avoir une session de recyclage tous les ans, afin d’asseoir ou de se remémorer les techniques acquises.

    Bon à savoir : il existe une formation se secourisme spécial petite enfance : l’IPSEN (Initiation aux premiers secours enfant et nourrisson).

    secourisme-bébé-1024x683

    Les produits Medisafe dédiés aux premiers secours du nourrisson

    Avec ces produits, les gestes de premiers secours chez le nourrisson n’auront plus de secret pour vous :

    Ce qu’il faut retenir

    • Parmi les situations les plus courantes chez le bébé, on retrouve la fièvre, l’hémorragie, l’étouffement, la perte de connaissance, la brûlure ou encore l’arrêt cardiaque.
    • Avant toute chose : appeler les secours.
    • Prodiguer les premiers soins le temps que les secours arrivent.
    • En fonction de l’incident, mettre le bébé en PLS, réaliser un garrot ou un pansement compressif, faire du bouche-à-bouche-à-nez, pratiquer des claques dorsales, faire un massage cardiaque, des compressions thoraciques, ou utiliser un DAE.
    • Il est important de se doter d’une trousse de secours nourrisson et de suivre une formation en gestes de premiers secours spéciale nouveaux-nés.

    Être en capacité de prodiguer les gestes qui sauvent à un nourrisson peut lui sauver la vie. En cas d’incident, appeler tout d’abord immédiatement les secours. En attendant leur arrivée, réaliser les gestes adaptés en fonction de la situation (PLS, bouche-à-bouche, massage cardiaque, pansement compressif…).

    Penser à anticiper en s’inscrivant à une formation premiers secours bébé et à se doter d’une trousse de secours bébé comme celle que nous commercialisons sur notre site de vente de matériel médical.

    Votre avis compte pour nous!

    Publié le 23/08/2021, mis à jour le 29 avril 2022

    Ajoutez votre commentaire




    Abonnez-vous !Devenez un maillon de la
    Chaîne des Secours

    ✅ Des conseils pour prévenir les risques,

    ✅ Des tutos qui peuvent sauver une vie,

    ✅ Des équipements pensés pour chaque situation.