Formation PSC1 : devenez
citoyen secouriste

La formation PSC1 (Prévention et Secours Civiques de Niveau 1) est une formation au secourisme grand public qui s’adresse à l’ensemble des citoyens français. Cette formation permet d’acquérir en seulement 7 heures une maîtrise de gestes de premiers secours de base pour faire face à des situations d’accident de la vie courante.

Cette formation comporte une partie théorique et une partie pratique à l’aide de mannequin de secourisme. Les gestes enseignés sont considérés par le Ministère de l’Intérieur comme des actions citoyennes d’assistance à personne.

formation psc1 secourisme

Comment se passe la formation PSC1 ?

Le contenu de la formation permet de maîtriser les réflexes à avoir face à un accident. Un stagiaire apprendra ainsi l’ordre d’intervention : protéger / alerter / secourir. À la différence de la formation SST (Sauveteur Secouriste du Travail), la formation PSC1 s’oriente vers le grand public.

Lors de la formation PSC1, les outils pédagogiques permettent d’appréhender les gestes qui sauvent à tenir face à :

  • un malaise
  • des plaies
  • des brûlures
  • des traumatismes
  • des hémorragies
  • une obstruction brutale des voies aériennes
  • une perte de connaissance
  • un arrêt cardiaque
  • une alerte aux populations

La loi impose une durée de 7 heures pour une formation PSC1 depuis le 1er juillet 2012. Lors de cette formation, au-delà de l’apprentissage des gestes de soin à réaliser en urgence, le stagiaire apprend également comment analyser, décrypter la conduite à tenir face à une situation accidentelle. Il sait ainsi vers qui orienter son appel pour alerter : sapeurs-pompiers 18, SAMU 15 ou urgences 112.

Une formation de prévention et secours civiques de niveau 1 s’articule autour de la reproduction de situations accidentelles à l’aide de maquillage de formation, de fausses plaies, de faux sang et de mannequin de secourisme. Les mannequins PSC1 sont le plus souvent munis d’un faux complexe thoracique avec système à ressort et de voies aériennes ouvertes pour simuler au mieux une réanimation cardio-pulmonaire. Un enseignant formateur peut entourer jusqu’à 10 stagiaires.

L’hygiène est primordiale au cours d’une formation PSC1 pour assurer la santé des stagiaires, notamment lors de la pratique du bouche à bouche sur un mannequin de formation. Les participants peuvent ainsi utiliser des feuilles de bouche à bouche à usage unique afin de limiter les risques de contamination croisée tout en utilisant le même mannequin. Lors de l’apprentissage, le formateur délivre également une initiation à l’utilisation d’un défibrillateur automatisé externe DAE à l’aide d’un défibrillateur de formation. Des mesures spécifiques nationales ont été énoncées par la Sécurité Civile Française pour adapter les formations de secourisme tout en faisant face à l’épidémie de Covid-19. La formation à distance et l’utilisation de supports pédagogiques sont préconisés.

Les gestes de premiers secours PSC1

Le formateur introduit des séquences en présentant une situation accidentelle à l’aide de documents photographiques et de supports multimédias. Une étude de cas permet d’établir un diagnostic de la situation, d’établir les risques de suraccident et d’assimiler les gestes de premiers secours à délivrer. On constate cependant que la pratique des gestes qui sauvent en présentant un cas concret apparaît cependant plus concluante que l’analyse de documents photographiques ou l’utilisation de supports multimédias. Ainsi, chaque situation analysée est sujette à l’apprentissage et la pratique d’un geste de bonne conduite à tenir.

  • La perte de connaissance : le sauveteur doit savoir contrôler la respiration, tenter d’avoir une interaction tactile (serrer la main par exemple) ou orale avec une victime afin de savoir si une personne est consciente ou inconsciente avant de la placer en position latérale de sécurité (PLS). Il faut également surveiller la respiration de la personne inconsciente. Si la victime a réagi, cela veut dire qu’elle a fait un malaise et qu’elle reprend peu à peu conscience.
  • Les plaies : le stagiaire apprend à réagir face à une plaie, notamment en distinguant la plaie grave avec hémorragie et la plaie superficielle. Le sauveteur doit apprendre à protéger la victime dans l’attente des secours. Face à une plaie superficielle il apprend à nettoyer et désinfecter la blessure. Face à une hémorragie externe il apprend à stopper les saignements, soit grâce à une compression manuelle soit avec un pansement compressif. Le sauveteur amateur ne doit jamais retirer un corps étranger présent dans une plaie.
  • Les brûlures : là aussi il est question d’appréhender la gravité de la brûlure. Dans tous les cas, le sauveteur doit refroidir la blessure par ruissellement d’eau. Une blessure est dite légère lorsqu’il n’y a que de simples signes de rougeur ou que la cloque est inférieure à la moitié de la taille de la paume de la main de la personne brûlée. Les brûlures chimiques sont toujours considérées comme des brûlures graves.
  • L’obstruction brutale des voies aériennes (OBVA) : il s’agit d’un étouffement lors duquel la victime ne peut ni s’exprimer ni tousser. Face à cette situation, le stagiaire doit apprendre à réaliser la méthode d’Heimlich pour désobstruer les voies aériennes d’une victime. Cette méthode s’articule autour d’une compression abdominale et de tapes dans le dos. Dans le cas de l’étouffement d’un bébé nourrisson, on favorise l’utilisation de la méthode de Mofenson.
  • Le malaise : face à une personne en état de malaise, le sauveteur doit apprendre à repérer des signes critiques comme une douleur dans la poitrine ou un engourdissement du bras qui peuvent faire penser à un accident vasculo cérébral AVC ou un accident cardiaque. Le stagiaire apprend à mettre en position de confort la victime en attendant l’arrivée des secours.
  • L’arrêt cardiaque : le sauveteur apprend comment réaliser une réanimation cardio pulmonaire RCP (bouche à bouche et massage cardiaque) face à une victime en arrêt cardiaque ( le coeur fonctionne mal). Cet apprentissage se fait sur un mannequin PSC1. Le stagiaire apprend également à utiliser un défibrillateur automatisé externe DAE.
  • Les traumatismes : le sauveteur apprend comment réagir face à un traumatisme, notamment lorsque le traumatisme concerne des zones sensibles : colonne vertébrale, cervicales, articulation…

À la fin de la formation, le stagiaire ayant réussi le test se voit remettre un certificat attestant de sa connaissance des gestes de premiers secours à réaliser en urgence face à une situation accidentelle. Il est possible de s’inscrire à une formation PSC1 auprès de divers organismes habilités : sapeurs-pompiers, Croix-Rouge FrançaiseProtection Civile… Le prix du PSC1 peut varier en fonction de l’organisme sollicité et de la région, mais le prix médiant est de 60 euros. Cette formation est obligatoire pour les professeurs des écoles, les professionnels de santé, de l’enfance…

 Ce qu’il faut retenir

 
  • PSC1 signifie Prévention et Secours Civiques de Niveau 1.
  • La formation dure au minimum 7 heures et un seul formateur peut enseigner jusqu’à 10 stagiaires lors d’une seule session.
  • La formation via mannequin de secourisme est préconisée.
  • La formation aborde les situations suivantes : malaise, plaie, brûlure, traumatisme, hémorragie, OBVA, perte de connaissance, arrêt cardiaque, alerte aux populations.
  • Le sauveteur apprend à protéger une victime, éviter le suraccident et alerter les secours.

Se former aux gestes citoyens est un acte citoyen qui permet de sauver de nombreuses vies chaque année en France. Il est inutile de s’en priver, d’autant plus qu’il est possible de faire appel à des organismes, des associations ou à son employeur pour demander à se faire financer la formation secourisme.

Retour haut de page