Couverture de survie : mode d'emploi

La couverture de survie est pratique, facile à utiliser, légère, peu encombrante et très abordable. Son utilisation principale est de maintenir la température du corps, ce qui lui vaut également son autre appellation de couverture isotherme. C’est pourquoi elle est utilisée pour ses propriétés isolantes par les secouristes, pour couvrir les blessés. Mais elle a également beaucoup d’autres atouts. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cet élément indispensable de la trousse de secours.

mode d'emploi couverture de survie

Il existe plusieurs sortes de couvertures isothermes : la plus répandue est la couverture de survie qui se présente sous la forme d’une fine feuille aux couleurs métalliques (souvent avec une face argentée et une face dorée). Il existe aussi un format spécial de couverture de survie enfant.  Des modèles de couvertures isothermes sont conçus spécialement pour adopter la forme du corps.

Certaines couvertures sont jetables, d’autres réutilisables. Ces dernières sont généralement plus épaisses et plus résistantes.

Comme elles sont très polyvalentes, vous devriez toujours en avoir sous la main, pour faire face à toutes les éventualités. Il est intéressant d’en avoir plusieurs (ce qui reste très économique puisqu’elles ne coûtent presque rien). Vous pouvez en placer dans votre voiture, dans vos bureaux, dans vos sacs de randonnée…

D'où vient la couverture isotherme ?

La technologie, aujourd’hui universellement répandue, a été mise au point dans les années 60… par la NASA ! Ce matériau isolant très ingénieux a été développé pour la première fois en 1964. L’Agence spatiale américaine s’en sert alors pour isoler ses équipements du refroidissement excessif ou de la surchauffe. Un problème souvent rencontré et qui s’avère extrêmement dangereux. La NASA équipe depuis tous ses satellites, ses navettes spatiales et même les combinaisons des astronautes de cette technologie révolutionnaire. 

Plusieurs années plus tard, un ancien employé de l’Agence décide de s’en servir à la fin d’un marathon pour éviter une hypothermie. Ce jour marque de début de l’utilisation par le grand public de la couverture de survie.

Vous pouvez découvrir l’histoire de la couverture de survie sur le site de la NASA.

Comment fonctionne une couverture de survie ?

La composition

Elle est constituée d’une très fine couche de plastique (polyéthylène téréphtalate ou PET) que l’on appelle aussi Mylar, sur lequel est pulvérisé un revêtement métallique sur les deux faces. Le plus souvent, elle présente une face dorée et une face argentée brillante (anciennement en aluminium).

Ces deux couleurs sont très importantes puisqu’elles indiquent dans quel sens mettre la couverture. Sur certains modèles, la face or est remplacée par une couleur argent mat ou orange. Mais elle conserve les mêmes propriétés.

La couverture de survie est faite dans une matière imputrescible, ce qui veut dire qu’elle ne pourrit pas.

Comment marche une couverture de survie ?

Le Mylar est connu pour ses propriétés isolantes exceptionnelles. Ainsi, la couverture de survie est très efficace pour aider à maintenir la température du corps aux alentours de 37°C, en toutes circonstances. Comment réussit-elle cette prouesse ? La chaleur (du corps, du soleil, etc.) est émise sous forme de rayonnement infrarouge. Le polyéthylène téréphtalate métallisé (face argentée) réfléchit jusqu’à 90 % de ce rayonnement thermique. A l’inverse, la face dorée absorbe 50 % de cette chaleur.

Donc dans quel sens mettre une couverture de survie ? Selon comment vous la positionnez, la couverture n’aura pas le même effet :

  • face argent vers l’intérieur : le rayonnement thermique du corps est renvoyé vers vous pour éviter les pertes de chaleur. Dans ce sens, la couverture de survie permet de se protéger contre une hypothermie.
  • face or vers l’intérieur : la chaleur du corps est absorbée, la chaleur extérieure (soleil) est réfléchie. Ce sens est utile pour protéger quelqu’un d’une insolation ou d’un coup de chaleur (hyperthermie).

Pour résumer, la couverture de survie ne fabrique pas de chaleur. Elle ne permet pas à proprement parler de réchauffer ou de refroidir. Elle maintient simplement la température corporelle stable. 

Elle est également imperméable : elle protège contre le vent et contre l’humidité.

Comment utiliser une couverture de survie ?

La couverture isotherme peut être employée dans de nombreuses circonstances.

Empêcher le refroidissement

C’est la fonction première de la couverture de survie : éviter l’hypothermie ou baisse de la température corporelle. Normalement aux alentours de 37°C, la température de notre corps peut chuter pour de nombreuses raisons. C’est le cas notamment lors d’un choc, d’un accident, quand on reste exposé à des conditions climatiques rudes… L’hypothermie est considérée comme grave en dessous de 32°C, elle peut altérer les fonctions vitales.

éviter hypothermie

Pour limiter les pertes de chaleur, placez la couverture de survie face argentée vers le corps. Laissez un léger espace entre la couverture et la personne. Elle ne doit pas être complètement serrée, il faut qu’un peu d’air circule sous la couverture pour bien répartir la chaleur.

Bien évidemment, comme elle reste très fine, elle ne peut pas à elle seule éviter au corps de se refroidir. Veillez à avoir des vêtements adaptés contre le froid, le vent, la pluie, quand vous partez en montagne par exemple.

Si la personne à protéger a ses vêtements mouillés, il faut d’abord lui ôter et lui donner des vêtements secs avant de l’envelopper dans la couverture de survie.

éviter hyperthermie

Empêcher le réchauffement

On y pense moins souvent, mais la couverture isotherme peut aussi s’avérer très utile pour venir en aide à une personne victime d’une insolation ou d’un coup de chaleur.

Cela peut arriver pour quelqu’un qui est resté trop longtemps en plein soleil en été, qui fait du sport alors que la température extérieure est élevée… Ici, c’est l’hyperthermie qui peut être dangereuse.

Placez la couverture de survie face argentée vers l’extérieur cette fois. Elle ne permettra pas de faire baisser la température corporelle, mais évitera au moins qu’elle ne continue d’augmenter.

Dans le cas d’une insolation, veillez à faire boire la victime, qui est probablement aussi déshydratée.

Isoler une tente, un abri…

Cette utilité des couvertures isothermes intéressera surtout les personnes qui aiment les randonnées et le bivouac.

Si vous campez en extérieur, elle peut servir de tapis de sol. La couverture de survie sous la tente (face argentée vers le haut), permet de l’isoler du sol froid et humide. Elle aide aussi à limiter la déperdition de chaleur depuis la tente.

Pourquoi placer la couverture de survie sous la tente ? Car si vous la mettez à l’intérieur et que vous vous couchez dessus, elle aura tendance à bouger et faire beaucoup de bruit. Plus difficile dans ce cas de bien dormir. Au vue de sa petite taille et son léger poids, une couverture de survie se glisse facilement au sein d’une trousse de secours randonnée, entre les pansements, les pinces et le désinfectant…

Il n’est pas rare que les couvertures isothermes soient utilisées pour envelopper aussi un sac de couchage dans les conditions climatiques très froides (toujours face argentée vers l’intérieur). Attention toutefois à la condensation ! En effet, si de l’humidité se crée entre le corps et la couverture, elle n’assurera plus son effet protecteur. Si vous êtes humide, vous aurez davantage froid. Evitez par exemple de respirer dedans.

Les propriétés isolantes peuvent être exploitées de plusieurs manières quand vous dormez à l’extérieur :

  • Si il fait très froid dehors, vous pouvez placer la couverture face argent vers l’intérieur sur le toit de la tente ou de l’abri de fortune. Elle permet d’isoler de l’humidité et du vent.
  • A l’inverse, si il fait très chaud dehors, placez-la sur le toit de la tente ou de l’abri face argentée vers l’extérieur. Elle aidera à garder l’intérieur plus frais.

Etant donné que les couvertures de survie les plus répandues sont très fines, elles ne pourront vous servir d’isolant que si les conditions climatiques ne sont pas trop extrêmes. En cas de vent fort par exemple, elles risquent de facilement se déchirer.

couverture de survie fenêtre canicule

Isoler des fenêtres en cas de canicule

Cette astuce peut servir à beaucoup de monde ! Quand les températures extérieures grimpent, l’intérieur des bâtiments devient vite une étuve. Quand il fait aussi chaud, difficile de bien travailler, de bien dormir… Bien évidemment, beaucoup d’établissements publics s’équipent d’une climatisation pour faire face à ce problème. La couverture de survie peut aussi être très utile et elle a l’avantage d’être plus écologique.

Comment ? Il suffit de mettre une couverture de survie sur la fenêtre, face argentée vers l’extérieur. La chaleur extérieure ne pénètrera pas et l’intérieur du bâtiment restera plus frais.

Récupérer de l’eau potable

Il faut espérer ne pas avoir à se servir de cette astuce, mais sait-on jamais. Cette utilisation relève des techniques de survivalisme. Si vous êtes un jour en randonnée et que vous manquez d’eau potable, votre couverture de survie peut vous sauver la vie, en vous aidant à en récupérer.

Si il pleut : la couverture tendue peut aider à recueillir l’eau de pluie sur toute sa surface.

condensation eau

L’autre option est de récupérer l’eau par condensation :

  • Placez la couverture tendue au dessus d’un récipient.
  • Ajoutez un caillou sur la couverture, juste au dessus du récipient, pour créer un léger creux.
  • L’eau va se condenser sur la couverture et s’écouler doucement sur la pente créée par le caillou, pour finir par s’écouler goute à goutte dans le récipient.
sens couverture de survie

Etre repéré par les secours

En plus d’aider un blessé à maintenir sa température corporelle, la couverture de survie peut aider les secours à le repérer. Placée vers l’extérieur, la face dorée de la couverture de survie est très visible, de très loin.

Dans le cas de secours en montagne par exemple, l’hélicoptère peut vous apercevoir plus facilement grâce à votre couverture de survie.

Aider à transporter des blessés

Cette astuce ne fonctionne qu’avec une couverture de survie lourde, les très fines se déchirant trop facilement.

Si vous disposez d’une couverture de survie épaisse, vous pouvez vous en servir comme civière pour transporter une personne qui a besoin d’être secourue. Même sans la porter entièrement, vous pouvez la placer sur la couverture et traîner cette dernière au sol pour déplacer la victime.

couverture de survie réutilisable

Recommandations particulières

Quel que soit l’usage que vous en faîtes, assurez-vous toujours que vous vous servez correctement de la couverture de survie, en effectuant les bons gestes si vous secourez un blessé. La situation doit être évaluée au cas par cas, pour ne pas mettre plus en danger la personne que vous voulez aider. Pour vous en assurer, mieux vaut avoir bénéficié d’une formation aux premiers secours. Quand cela s’avère nécessaire, ne tardez pas à appeler les secours, pour qu’ils puissent prendre rapidement le relais. Dans certains cas graves, il sera même recommandé d’utiliser une couverture de survie stérile pour ne pas mettre en danger la victime blessée.

Il est aussi conseillé de vérifier régulièrement ses équipements de secours. Si votre couverture de survie est vieille et n’a jamais été sortie de son emballage, il y a un risque qu’elle soit collée et se déchire en la dépliant.

Les couvertures de survie jetables sont très fines. Une fois utilisées, il est difficile voire impossible de les replier correctement. De plus, si elles sont abîmées ou déchirées, elle n’assureront plus leur rôle d’isolant. Il est préférable de ne pas se servir plusieurs fois d’une couverture à usage unique.

Enfin, il existe certaines circonstances pour lesquelles l’utilisation d’une couverture de survie est proscrite car dangereuse :

  • Ne vous servez pas d’une couverture de survie quand il y a de l’orage. Etant fabriquée avec des matériaux métalliques, elle est conductrice et il existe un vrai risque l’électrocution par la foudre.
  • Pour la même raison, l’utilisation simultanée d’une couverture de survie et d’un défibrillateur est interdite ! Si la victime doit être réanimée à l’aide d’un défibrillateur, enlevez-lui au préalable sa couverture de survie et placez-la bien éloignée.
  • Comme les couvertures isothermes sont très inflammables, éloignez-les du feu et de toute source de chaleur. Cela vaut bien évidemment pour les victimes qui sont enveloppées d’une couverture de secours.

 Ce qu’il faut retenir

 
  • La couverture de survie ou couverture isotherme est composée d’une fine couche de plastique (polyéthylène téréphtalate ou PET), recouvert d’un revêtement métallique.
  • Elles servent à isoler : du froid, de la chaleur, du vent, de l’humidité.
  • Elles présentent deux faces : une face argentée brillante et une face dorée (ou argentée mate ou orange).
  • La face argentée brillante placée vers l’intérieur protège du froid (hypothermie). Placée vers l’extérieur elle protège de la chaleur (hyperthermie).
  • Certaines couvertures de survie sont à usage unique, d’autres sont réutilisables.
  • Assurez-vous toujours du bon état de vos équipements de secours avant de vous en servir.

Pour qu’une couverture de survie soit efficace, il est important de savoir comment bien s’en servir, au risque d’aggraver la situation si on la place dans le mauvais sens. N’hésitez pas à vous former aux premiers secours pour apprendre comment bien utiliser ce type d’accessoires. Cela pourrait vous être utile dans beaucoup de situations au quotidien.

Retour haut de page