Visière de protection : pourquoi elle n’est pas suffisante contre le COVID-19

On les a beaucoup vues dans les commerces, les restaurants ou même dans le public à la télévision mais les visières en plastique sont pourtant peu efficaces contre le Covid-19. Pour une filtration optimale des gouttelettes et des aérosols, le masque FFP2 et le masque chirurgical restent les meilleures protections.

Pourquoi l’écran facial est-il autant apprécié ? Permet-il de filtrer les particules ? Convient-il dans les zones où le port du masque est obligatoire ? Quel masque privilégier ? Lisez notre article à ce sujet.

Visière de protection Covid

Pourquoi utiliser une visière de protection ?

La visière de protection est un écran facial transparent en plastique, fixé sur un serre-tête. Selon les modèles, elle couvre la moitié basse du visage ou son intégralité.
Contrairement aux masques chirurgicaux et aux masques FFP2, ce dispositif laisse entrevoir la totalité du visage. Cet atout l’a rendu populaire auprès de certains commerçants et employés de l’hôtellerie et de la restauration, désireux de pouvoir sourire à leurs clients et mieux communiquer avec eux. Il a été aussi très plébiscité sur les plateaux de télévision car il permettait de voir rire le public.

La visière de protection, qui ne dissimule pas les mouvements des lèvres ni les expressions du visage, est également très répandue chez les personnes sourdes et malentendantes et leur entourage.
Enfin, l’autre avantage de la visière est qu’elle entrave moins la respiration qu’un masque chirurgical ou qu’un masque FFP2 et est donc plus confortable au quotidien.

Quelle est l’efficacité de la visière de protection ?

La visière transparente est avant tout prévue pour la protection des yeux ; elle est en effet conforme à la norme EN 166 « Protection individuelle de l’œil – Spécifications ».

Une étude de la Florida Atlantic University démontre que les particules émises par un porteur d’écran facial qui éternue ou tousse sont dans un premier temps bloquées par la paroi. Mais elles glissent ensuite en-dessous et sur les côtés de la visière de protection et se répandent sur une large surface environnante. Les gouttelettes restant en suspension dans l’environnement du porteur de la visière, cet équipement ne protège pas suffisamment.

Cette étude démontre la même inefficacité en ce qui concerne le masque à valve, modèle pourvu d’une soupape qui s’ouvre à l’expiration et se ferme lors de l’inspiration.
Si elle protège donc partiellement les yeux et le nez, la visière de protection, qui n’est pas ajustée au visage, n’a pas de réelle capacité barrière.

visière protection covid

Que disent les autorités sur le port de la visière ?

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) et le Haut Comité de Santé Publique (HCSP) ont décrété que la visière transparente n’est pas un dispositif de protection respiratoire, mais un équipement de protection des yeux et du visage.
Ainsi, la visière ne doit donc pas être utilisée en remplacement du port d’un masque. Cependant, elle peut représenter une protection complémentaire. Elle est notamment indiquée dans les milieux hospitaliers pour les soignants, dont elle protège les yeux des aérosols émis par les malades.

De ce fait, une personne équipée d’un simple écran facial dans un endroit où le port du masque est obligatoire s’expose à une amende de 135€.

Comment bien se protéger du COVID-19 ?

Outre le masque ffp3, plutôt adapté au travail sur les chantiers, le masque de protection à privilégier est le masque FFP2. Ce type de masque, le plus filtrant, retient en effet au moins 94 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm. Un peu moins efficace mais tout à fait adapté comme protection contre le Covid-19, le masque chirurgical protège son porteur et son entourage des gouttelettes. Toutefois, contrairement au FFP2, il n’est pas suffisant contre l’inhalation des très petites particules en suspension. A savoir : en remplacement des visières, il existe des modèles de masques avec fenêtre transparente (dits « masques inclusifs ») pour faciliter la lecture labiale chez les personnes sourdes et malentendantes, homologués UNS1 et UNS2. Pour empêcher la diffusion du Covid-19 il convient, au-delà du port du masque, de respecter les gestes barrières et la distanciation sociale. De plus, il est important de se laver les mains très régulièrement avec de l’eau et du savon ou du gel hydroalcoolique. Enfin, il est conseillé de réaliser régulièrement un auto test covid 19.

 Ce qu’il faut retenir

  • La visière de protection, qui laisse entrevoir le visage, est appréciée par les commerçants, les sourds et malentendants ou dans les émissions de télévision.
  • Cet équipement sert principalement à protéger les yeux, ce n’est pas un dispositif de protection respiratoire.
  • Dans les zones où le masque est obligatoire, le port d’une simple visière est interdit et peut être sanctionné.
  • Contre le Covid-19, il est préconisé d’opter pour un masque FFP2 ou un masque chirurgical, dont le taux de filtration bactérienne est élevé.
Conclusion : Respecter scrupuleusement le port du masque est essentiel pour se protéger soi-même et les autres en cette épidémie de Covid-19. La visière transparente, si elle permet une protection complémentaire et notamment au niveau des yeux, ne remplace pas le masque chirurgical ou le masque FFP2, dotés d’un taux de filtration des aérosols bien supérieur.
Retour haut de page