Catégories articles

Les risques des métiers du secteur de la chimie

Le secteur de la chimie est certainement le plus exposé à des risques professionnels à cause des différents produits utilisés. Les risques deviennent encore plus élevés lorsque le personnel est amené à manipuler de nouvelles substances, dont il ne connaît pas toutes les données de sécurité. Les différents établissements les préviennent généralement par le confinement des produits concernés ou la ventilation des locaux. L’ensemble du personnel doit aussi recevoir une formation adéquate et complète. Quels sont les métiers du secteur de la chimie et les risques qu’ils encourent ? Quelles sont les obligations de l’employeur ? Quels sont les équipements de protection à avoir ? Voici les réponses !

Chimiste

Les métiers et les différents risques du secteur de la chimie 

Le secteur de la chimie englobe de nombreuses activités, allant du simple mélange à la synthèse de molécules fraîchement découvertes. En France, il est constitué d’environ 18000 entreprises et près de 450000 salariés. Selon la CNAMTS et l’annuaire des entreprises, l’immense majorité de ces sociétés (80 %) emploient au moins 50 salariés. Et il s’agit d’un domaine qui réunit presque tous les risques professionnels existants. Naturellement, les risques chimiques sont les plus présents, pour ne citer que les effets toxiques, les contaminations, les explosions et les incendies.

En tout, la chimie compte 5 domaines :

  • la chimie minérale (fabrication de chlore, d’engrais, de gaz comprimés, d’acide sulfurique) ;
  • la chimie organique (fabrication de produits organiques de base, de matières plastiques, de produits aromatiques, de goudron, de caoutchouc, etc.) ;
  • la parachimie (production de peintures, d’encres, de colles, produits phytosanitaires, etc.) ;
  • l’industrie pharmaceutique (production de principes actifs et médicaments).
  • les savons, les parfums, les produits d’entretien (élaboration des formules de base des produits aromatiques naturels et synthétiques ainsi que des détergents).

Parlons maintenant des métiers de la chimie et des différents risques.

Les métiers de la production et les risques du secteur

Les métiers de la production englobent toutes les professions inhérentes à l’élaboration des produits chimiques d’une entreprise. Les professionnels concernés sont, entre autres, l’ingénieur chargé de la chaîne de fabrication, les conducteurs d’appareils et d’installations automatisées, l’agent de maintenance en mécanique industrielle, le technicien-chimiste ou technicien de laboratoire, le technicien en automatisme ou automaticien et l’ingénieur de production. Ces professionnels peuvent exercer dans une entreprise de dimension industrielle comme une pharmacie ou une industrie agroalimentaire. Les fabricants de produits d’entretien et cosmétiques peuvent également les engager.

Étant donné que les professionnels qui exercent un métier de la production sont en contact direct avec les différents composants chimiques et/ou les appareils nécessaires pour la fabrication d’un produit spécifique, ils sont exposés à de nombreux risques. Ils peuvent notamment toucher des produits corrosifs ou inhaler des substances toxiques, sans parler des liquides inflammables, des fortes températures et des explosions.

Les métiers de la recherche et du développement et les risques du secteur

biologiste

Les métiers d’ingénieur chimiste, d’ingénieur en recherche et développement, d’ingénieur en biotechnologie, d’ingénieur-plasturgiste et de pharmacien dans l’industrie sont d’une importance capitale dans le secteur de la chimie. Ils s’occupent de développer des molécules et des principes actifs. Etudient les propriétés de la matière et prennent en main la conception des nouveaux produits ou médicaments. Apportent également une amélioration à certains produits chimiques si nécessaire. Ils effectuent de nouvelles synthèses, des transformations organiques et explorent de nouveaux domaines tels que les biotechnologies et la chimie verte.

Ainsi, les professionnels exerçant les métiers de la recherche et de développement en chimie encourent les mêmes risques que ceux des métiers susmentionnés. Mais en plus, ils peuvent être exposés à des risques méconnus, étant donné qu’ils manipulent souvent de nouvelles substances.

Les métiers de la sécurité et de la qualité

Les experts en sécurité doivent s’assurer que les produits chimiques respectent toutes les normes d’hygiène et de sécurité. Ils veillent aussi à la sécurité du personnel et du matériel utilisé dans les laboratoires et dans les usines. Bien évidemment, les responsables qualité ou qualiticiens ont pour mission de vérifier la qualité des produits, mais aussi celle des services d’une entreprise industrielle.

Ces métiers ne demandent certes pas aux professionnels une étude approfondie des produits chimiques, mais exigent quand même leur manipulation. Et les produits chimiques en phase de production peuvent toujours présenter des dangers comme l’empoisonnement et les risques de cancer. Ils peuvent également se blesser physiquement à cause du caractère corrosif, explosif et inflammable de ces éléments.

Les métiers de la logistique

Les responsables de la logistique assurent le bon fonctionnement de l’industrie en général. Ils s’occupent ainsi de la planification, des achats des matières premières et de la gestion des flux. Le responsable d’ordonnancement se charge notamment de la coordination et de la prévision. L’acheteur industriel, quant à lui, prend en charge l’acquisition des matières premières et des autres produits dont l’industrie a besoin. Le logisticien est un acteur majeur pour les opérations se rapportant à l’approvisionnement en matières premières. Il est également dans sa responsabilité de gérer les flux entre les fournisseurs et la production, entre la production et les clients.

manitout camion

Ces professionnels sont exposés aux mêmes risques que leurs collègues : brûlure, contamination par les additifs, intoxication, etc. Mais ils peuvent également être soumis à des risques mécaniques liés au transport et à leur travail.

Les obligations des employeurs

L’employeur doit assurer la sécurité de tout le personnel de son entreprise industrielle. C’est donc à lui de fournir tous les équipements de protection individuelle (EPI) nécessaires. Il doit également prendre des mesures adaptées pour n’offrir à ses salariés que des EPI fiables et efficaces. Les équipements de protection en question sont des gants, des chaussures de sécurité, une combinaison, un scaphandre autonome ou un masque de protection FFP3.

Par ailleurs, l’employeur se doit d’intégrer dans la société une équipe Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement (QHSE) qui contrôlera en permanence le niveau des risques liés aux matières premières, aux produits finis, aux effluents solides liquides et gazeux, au matériel et aux conditions de travail. L’équipe QHSE se doit aussi d’assurer la communication avec les autres équipes de la compagnie concernant les risques potentiels et ceux déjà détectés.

Le matériel de protection

Parmi les équipements de protection à fournir aux salariés de l’industrie chimique, nous pouvons citer la combinaison jetable en premier lieu. Elle garantit une protection intégrale au corps du professionnel. Vous pouvez notamment opter pour les modèles Medisafe, qui ont été spécialement conçus pour les opérateurs du secteur. La combinaison jetable blanche à col de Medisafe bloque tous les risques de contamination. C’est une combinaison respirante non tissée qui se dote d’un col et d’une fermeture à glissière. La combinaison jetable blanche à capuche de Medisafe offre également le même niveau de protection contre les contaminations.

Medisafe propose également un modèle de masque de protection respiratoire FFP3. Ce dispositif de sécurité est en mesure de filtrer au moins 99 % d’aérosols et garantit une fuite de 2 % vers l’intérieur. Il protège ainsi de toutes les particules toxiques, nocives et radioactives, mais aussi des fumées et des substances cancérigènes.

Dans un laboratoire ou dans un atelier de chimie, le port de gants et de lunettes de protection est indispensable. Les chaussures de chaque opérateur doivent être fermées. En outre, la filtration de l’air avant rejet à l’extérieur est essentielle pour minimiser les risques pour l’environnement causés par les produits chimiques manipulés en laboratoire.