DASRI : comment bien gérer les déchets médicaux et assimilés

Les DASRI sont des déchets issus d’activités de soin des médecines humaine et vétérinaire et des déchets considérés comme semblables. Leur collecte et leur traitement sont très réglementés. Découvrez qui est concerné et ce que dit la réglementation.

dasri def

DASRI : définition

L’acronyme DASRI signifie Déchets d’Activité de Soins à Risques Infectieux. Selon le Ministère des Solidarités et de la Santé, ils désignent « les déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif, dans les domaines de la médecine humaine et vétérinaire ».

Leur manipulation et leur élimination peuvent présenter un risque, soit de contact avec un agent infectieux (liquide biologique contenant un micro-organisme dangereux), soit par accident avec un instrument perforant (aiguille par exemple).

Leur gestion est réglementée pour assurer la sécurité des patients, du personnel soignant, des agents chargés de l’élimination des déchets et de l’environnement.

On distingue plusieurs types de DASRI :

  • les déchets mous (tubulures, seringues sans aiguilles, compresses, pansements, gants…)
  • les déchets perforants (aiguilles, lames, cathéters, rasoirs…)
  • les déchets semi-liquides et liquides (tubes de prélèvement sanguins, liquides biologiques dans un contenant…)

Les dispositions générales sur les déchets d’activité de soins à risques infectieux et assimilés sont définies par les articles R. 1335-1 à R. 1335-8 du Code de la santé publique.

L’arrêté du 7 septembre 1999 détaille les modalités d’entreposage de ces déchets, ainsi que  la manière dont ils doivent être éliminés. Par « élimination » on désigne l’ensemble des étapes de tri, conditionnement, collecte, transport, stockage et traitement (article L.541-2 du Code de l’environnement).

Qui est concerné par la gestion des DASRI ?

Ces déchets ne concernent pas uniquement les professionnels de santé. D’autres professions manipulent des liquides biologiques ou des instruments pouvant être perforants.

Doivent mettre en place un protocole d’élimination des déchets à risques infectieux :

  • les médecins généralistes et spécialistes
  • les infirmiers libéraux, d’entreprise, scolaires
  • les chirurgiens-dentistes
  • les sages femmes
  • les vétérinaires
  • tous les établissements de soins, d’enseignement, de recherche
  • les laboratoires
  • les pédicures-podologues
  • les tatoueurs-perceurs
  • les salons de maquillage permanent
  • les éleveurs
  • les pompes funèbres et les thanatopracteurs
  • les patients pour certains auto-traitements

Chaque professionnel ou établissement doit établir un protocole de gestion des déchets à risque infectieux, notamment en définissant des zones pour entreposer les contenants remplis avant leur collecte. Un contrat doit être mis en place avec une entreprise externe spécialisée agréée, qui s’occupera de fournir les contenants adaptés pour le stockage de ces déchets, de les collecter et de les éliminer selon la réglementation en vigueur.

La gestion des DASRI perforants produits par des patients en auto-traitement (comme les aiguilles à insuline par exemple) est soumise au décret 2011-763 du 28 juin 2011. Il établit que les officines de pharmacies et pharmacies qui délivrent les traitements doivent aussi mettre à disposition, à titre gratuit, des collecteurs à usage intérieur, pour que les patients puissent se défaire en toute sécurité de leurs déchets.

Quels emballages pour les DASRI ?

Selon la nature des déchets et leur quantité, les conteneurs DASRI ne seront pas les mêmes. Vous pouvez trouver des poubelles, des sacs, des boîtes, des cartons…

Ils sont destinés à un usage bien particulier et doivent répondre à des normes précises.

  • Les sacs en plastique ou en papier doublés de matière plastique à l’intérieur (norme NF X 30-501) servent à entreposer les DASRI solides ou mous.
  • Les caisses en carton avec sac intérieur (norme NF X 30-507) servent aussi au stockage des déchets solides ou mous.
  • Les fûts et jerricans en plastique (norme NF X 30-505) sont destinés au stockage de déchets perforants, solides ou mous.
  • Les minicollecteurs et boîtes pour déchets perforants (norme NF X 30-500) servent, comme leur nom l’indique, uniquement aux déchets perforants.
  • Les fûts et jerricans pour déchets liquides (norme NF X 30-506) servent aux déchets liquides et semi-liquides.

Les grands formats de conteneurs DASRI sont particulièrement adaptés pour les établissements qui produisent de grandes quantités de déchets. Les professionnels de santé amenés à prodiguer des soins à domicile peuvent s’équiper de formats plus petits.

Les contenants destinés aux objets perforants possèdent des systèmes d’ouverture et de fermeture adaptés pour limiter au maximum le risque d’accident. C’est le cas par exemple du collecteur Sanibox, destiné à la récupération des aiguilles usagées en milieu hospitalier, dans les laboratoires, cabinets médicaux, vétérinaires… Le système d’ouverture/fermeture automatique par bouton poussoir à ressort permet d’ôter l’aiguille de la seringue sans contact avec les mains. Un bouton permet également de fermer définitivement le collecteur avec une totale étanchéité.

Les sacs DASRI sont conçus pour le stockage des déchets mous et non coupants. Ils peuvent servir pour débarrasser les masques de protection et gants à usage unique en période de pandémie liée à la Covid-19. Ces sacs fabriqués en polyéthylène basse densité sont très résistants et parfaitement étanches. De plus, les liens coulissants facilitent la manipulation. Ils existent en plusieurs tailles de sacs poubelle DASRI : 20, 30 et 50 litres.

 Ce qu’il faut retenir

  • DASRI signifie Déchets d’Activité de Soins à Risques Infectieux.
  • Ces déchets sont produits par des activités de soin, aussi bien en médecine humaine que vétérinaire.
  • D’autres professions produisent ce type de déchets : les pompes funèbres, les tatoueurs…
  • Les DASRI présentent un risque lors de leur manipulation. Le risque peut provenir d’un agent infectieux ou d’un instrument coupant par exemple.
  • Des règles précisent comment il faut manipuler, stocker et éliminer ces déchets, pour assurer la sécurité des personnes et de l’environnement.

Les déchets médicaux et assimilés qui présentent un risque infectieux doivent être manipulés avec beaucoup d’attention. Ils doivent être jetés dans des contenants adaptés, clairement identifiables. Ces contenants sont ensuite collectés par des entreprises spécialisées, qui les élimineront en respectant des  normes strictes. De nombreux contenants DASRI existent pour répondre à tous les besoins.

Retour haut de page