Soignants en EHPAD : comment protéger les résidents face à la montée d'Omicron ?

Les pensionnaires des EHPAD sont des personnes particulièrement à risque de contracter une forme grave du Covid-19. Leur organisme est en effet moins résistant et leur système immunitaire est donc moins efficace. De plus, les personnes âgées sont souvent atteintes de troubles cardiaques ou de diabète, les rendant ainsi plus vulnérables à la maladie.

Face à la flambée actuelle des cas de contaminations (en particulier du très contagieux variant Omicron), il est donc plus que jamais nécessaire de prendre soin de cette population fragile.

Comment protéger aux mieux les personnes âgées lorsqu’on travaille dans un EHPAD ? Quels gestes barrières appliquer ? De quel dispositif médical s’équiper ? Le point dans cet article.

Indispensable et très fréquent : le lavage des mains

Geste incontournable de tout soignant : le lavage des mains. Parce que près de 80% des microbes sont transmis par les mains, ce geste barrière doit être scrupuleusement appliqué.

Ainsi, il convient de se laver les mains à la prise de service, à chaque nouveau patient, mais aussi entre deux actes sur un patient. En outre, les mains doivent êtes lavées après un mouchage ou un éternuement et bien sûr après chaque passage aux toilettes.

Comment bien se laver les mains ? Pour les soignants en EHPAD, le lavage des mains respecte le procédé suivant (durée minimum : 30 secondes) :

  • Se mouiller les mains ainsi que les avants-bras.
  • Prendre une dose de savon liquide antiseptique.
  • Savonner toute la surface des mains (paumes, dos, espaces interdigitaux, ongles, pulpe des doigts) et les poignets.
  • Rincer abondamment les doigts, les paumes, le dos des mains et enfin les poignets.
  • Sécher les mains avec un essuie-tout à usage unique.
  • Fermer le robinet avec l’essuie-tout et le jeter dans une poubelle (sans la toucher).
Dans le cas où le soignant n’a pas accès à un robinet et à du savon, il lui est possible de se laver les mains par friction avec une lotion hydroalcoolique. Il est alors recommandé d’utiliser au moins 3 mL de produit et de frictionner jusqu’à ce que la peau soit sèche.

Le port du masque : une protection dont l'efficacité n'est plus à prouver

Le masque protège celui qui le porte des gouttelettes et aérosols émis par son entourage. Il fait également office de barrière en empêchant la propagation des particules de son porteur vers les personnes se trouvant autour. La respiration, le fait de parler, la toux ou encore un éternuement entraînent en effet la projection de gouttelettes invisibles à l’oeil nu qui restent un moment en suspension dans l’air.

Chez les soignants, c’est surtout le masque FFP2 qui est indiqué. Ce modèle de masque est plus filtrant qu’un masque chirurgical jetable puisqu’il retient 94 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm. Le masque chirurgical, en revanche, filtre entre 95 et 98% des aérosols mais de taille plus importante seulement (3 µm).

Les soignants doivent donc mettre un masque FFP2 dès leur prise de fonction et le porter tout au long de leur journée de travail. Une fois celle-ci terminée, il faut le jeter en ne touchant que les élastiques. Ce modèle de masque doit être porté 8H maximum.

Une hygiène optimale avec les EPI

Les EPI (pour Équipement de Protection Individuelle) sont un ensemble d’équipement de protection jetable. On retrouve ainsi les gants, les surchaussures, la blouse mais aussi la charlotte.

Le port de gants à usage unique, couplé à un lavage méticuleux et régulier des mains, prévient les contaminations. Les gants peuvent être en vinyle, en latex ou en nitrile, stériles ou non et poudrés ou non. Ils doivent impérativement être à la taille du soignant et conforme à l’utilisation prévue (ex : la norme EN 455 indique une utilisation en milieu médical).

Les surchaussures sont requises dans certains établissements de santé à cause du risque de contamination par le sol. Les chaussures sont en effet porteuses de germes, de bactéries ou de virus. Les soignants qui travaillent en EHPAD ont le plus souvent une paire de chaussures dédiée à leurs fonctions, qui n’est donc pas en contact avec le sol extérieur. Toutefois, il est nécessaire dans certains cas de revêtir des surchaussures jetables, pour une hygiène optimale.

Si la blouse est une protection indispensable pour les soignants, la blouse jetable est à privilégier. Elle est ainsi à jeter à l’issue de son service. Cet EPI protège le soignant et les résidents de l’EHPAD des contaminations et est un gage d’hygiène. Pour davantage de praticité, la blouse médicale jetable se ferme avec des pressions ou une glissière et peut être équipée de poches.

Les cheveux peuvent contenir microbes, germes et bactéries. C’est pourquoi il est conseillé au personnel soignant en EHPAD de se coiffer d’une charlotte médicale. On retrouve ce filet de protection pour cheveux en modèle classique (rond avec serrage élastique), avec clip accordéon, et même avec une visière. À usage unique, il doit être changé tous les jours, voire plusieurs fois par jour en cas de risque de contamination (éternuement d’un résident par exemple).

Des dépistages réguliers du Covid pour une détection de la maladie à ses débuts

Grâce à l’auto test antigénique, il est possible de détecter rapidement une infection au Covid-19. Ce test à prélèvement nasal peut être réalisé par les particuliers à leur domicile comme sur leur lieu de travail. Les résultats sont connus en 15 minutes. Avec la montée d’Omicron, il est conseillé de s’auto-dépister régulièrement, 2 à 3 fois par semaine, et cela d’autant plus lorsqu’on est en contact au quotidien avec des personnes à risque. Cette répétition renforce la fiabilité du dépistage et donc augmente les chances de détecter le virus SARS-CoV-2 au plus tôt. Un soignant positif s’isolera dès l’annonce des résultats et aura ainsi côtoyé moins de personnes âgées en étant porteur du virus que s’il n’avait pas fait de contrôle. Cependant, pour les soignants présentant des symptômes du Covid, c’est le test RT-PCR, plus fiable que l’autotest Covid, qui doit être réalisé au plus vite.

 Ce qu’il faut retenir

  • Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables au Covid-19.
  • Le personnel soignant en EHPAD doit respecter scrupuleusement les gestes barrières et se fournir en équipement adéquat.
  • Il est impératif pour les soignants de porter un masque et des gants à usage unique et d’avoir une excellente hygiène des mains.
  • Le port d’EPI jetables comme la blouse, les surchaussures et la charlotte leur est vivement recommandé.
  • Face à la montée des contaminations au Covid-19, le personnel soignant est invité à s’auto-dépister régulièrement.

Conclusion : pour protéger au mieux les résidents d’EHPAD, les soignants qui les côtoient au quotidien doivent s’équiper afin de réduire au maximum les contaminations. Port du masque, de gants jetables, d’une blouse ou d’un charlotte, mais aussi lavage très régulier des mains et auto-dépistages fréquents sont les gestes réflexes qu’ils adoptent pour des conditions d’hygiène optimales.

Retour haut de page