Pourquoi garder son masque en hiver ?

Avec le recul des contaminations au virus SARS-Cov2 et l’amélioration de la situation sanitaire, les masques chirurgicaux et autres masques de protection sont de moins en moins portés dans la rue. Pourtant, avec l’hiver, il serait préférable de garder son masque, et pas seulement pour éviter d’attraper le coronavirus. Medisafe vous dit pourquoi !

Le coronavirus est toujours là

Masque protection froid hiver ffp2

Si les chiffres baissent, le Covid n’a pas totalement disparu, et contrairement aux idées reçues, le froid n’élimine pas les agents pathogènes. Les chiffres indiquent une baisse du taux de transmission, mais la pandémie subsiste toujours. Avec l’arrivée de l’hiver le virus pourrait se propager plus facilement en extérieur, en cause : les rafales de vent. La brume, le vent… peuvent diffuser les aérosols et autres particules flottantes responsables du coronavirus à vitesse grand V. Le vent tend à propager les gouttelettes et postillons porteurs du SARS-CoV2, même lorsque la brise n’est que légère. Il est ainsi recommandé de porter un masque de protection en extérieur dès-lors qu’il y a du vent, qui peut diffuser un virus plus vite, mais aussi plus loin. Les masques chirurgicaux type 2 et masques FFP2 de protection respiratoire sont recommandés.

Il faut veiller à ne pas porter un masque humide, l’humidité nuit grandement à l’efficacité d’un masque de protection. En période de grand froid le masque peut devenir un problème puisqu’il emmagasine la chaleur à l’intérieur tandis que la face extérieure se refroidit, ce qui créé de l’humidité naturellement. Dans ce cas là, il faut toujours prendre ses dispositions pour avoir plusieurs masques de protection sur soi afin de renouveler son matériel dés que nécessaire. Se munir d’un parapluie est également une solution en cas de pluie ou de neige. En parallèle, les masques contenant du polypropylène perdent de leur efficacité en dessous de 10°c, il est alors conseillé de les recouvrir d’une écharpe.

Le masque n’est pas le seul moyen de lutte contre le coronavirus à conserver, le respect des gestes barrière et de la distanciation sociale est toujours d’actualité.

Ralentir les autres épidémies

Les masques chirurgicaux et de protection respiratoire ont aussi pour effet de renforcer la protection contre d’autres virus tels que la grippe. En 2020, on estime une diminution de 80% des cas d’infections respiratoires virales courantes grâce au respect des gestes barrières (distanciation sociale et lavage des mains avec gel hydroalcoolique) et au confinement. En parallèle, les virus de gastro-entérites, bronchiolites et autres infections hivernales ont également subis une forte baisse depuis l’arrivée du coronavirus SARS-CoV2 et la démocratisation du port du masque.

Pour se différencier en saison de grand froid, il est possible de s’équiper d’un masque noir ou rose qui contraste avec la froideur de la météo hivernale.

 Ce qu’il faut retenir

  • En période hivernale, le vent favorise le mouvement des virus en suspension. Ils sont propagés plus loin et plus vite.
  • Il faut veiller à garder un masque sec, l’humidité diminuant l’efficacité d’un masque de protection.
  • Le port du masque doit se faire tout en respectant les règles de distanciation sociale et le lavage des mains réguliers.
  • Le port du masque contribue également à ralentir les autres épidémies hivernales (grippe, gastro, bronchiolite…).

Le port du masque cet hiver, conjugué à la vaccination, pourrait permettre de diminuer toujours plus l’incidence du Covid-19 et d’ainsi se rapprocher d’un retour à une situation « normale ». Plusieurs épidémiologistes ou hommes politiques abordent quant à eux un port du masque qui pourrait désormais s’avérer utile chaque hiver, même une fois sorti du contexte sanitaire actuel.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser :

Sources :

Retour haut de page