Hémorragie interne : comment la détecter et comment réagir ?

Une hémorragie interne ne se voit pas. Pourtant, c’est une urgence vitale si le saignement est important ou si il perdure dans le temps. C’est pourquoi il est important de le détecter rapidement, soit en analysant la situation qui aurait pu causer un écoulement interne de sang (accident, choc, traumatisme), soit en observant les symptômes. Découvrez la conduite à tenir pour venir en aide à une victime d’hémorragie interne.

hémorragie

Hémorragie interne : définition

Une hémorragie correspond à un écoulement du sang en dehors des vaisseaux (veines et artères). Ce saignement peut être externe ou interne.

    • hémorragie externe : le sang est visible, il s’écoule par une plaie par exemple.
    • hémorragie interne : le saignement a lieu à l’intérieur du corps, dans un organe ou une cavité. Elle n’est donc pas visible, sauf si elle devient externalisée, quand le sang s’écoule par un orifice naturel tel que le nez ou la bouche.

Les hémorragies externalisées portent des noms spécifiques selon la zone où le sang s’écoule. On parle par exemple d’épistaxis pour un saignement de nez, d’hématémèse pour un vomissement de sang, d’hématurie quand il se retrouve dans les urines…

Normalement, un petit saignement doit s’arrêter de lui-même, grâce à la capacité du sang de coaguler. Le caillot formé bouche la zone d’écoulement. Mais dans le cas de saignements très importants, cette cicatrisation naturelle ne peut pas se faire. On parle alors d’hémorragie et une intervention extérieure est nécessaire.

Comme l’hémorragie interne n’est pas visible à l’oeil nu, elle peut être très difficile à déceler. Pourtant, il est important de la détecter et d’arrêter le saignement rapidement. Le sang sert à apporter de l’oxygène à tous nos organes et à le ramener ensuite dans les poumons pour qu’il soit filtré. Une perte importante peut mettre en jeu le pronostic vital de la victime. Il faut réagir vite face à une hémorragie, c’est une urgence !

Qu'est-ce qui peut provoquer une hémorragie ?

Les causes d’une hémorragie interne sont variables, selon l’endroit où se produit le saignement.

    • Un choc important ou un traumatisme peuvent provoquer la rupture d’un vaisseau et une hémorragie interne dans toutes les parties du corps : boîte crânienne, abdomen, thorax… Le ventre est particulièrement fragile puisque qu’il ne présente pas de protection osseuse, contrairement à la cage thoracique.
    • Une fracture peut entraîner un déplacement d’un fragment osseux et abîmer un vaisseau ou un organe à proximité.
    • Des pathologies cardio-vasculaires sont aussi susceptibles d’engendrer une hémorragie interne. C’est le cas de l’hypertension artérielle qui peut sur le long terme fragiliser la paroi des vaisseaux et entraîner leur rupture, d’un anévrisme, d’une dissection de l’aorte…
    • Des tumeurs peuvent aussi conduire à la rupture de vaisseaux au niveau de l’organe atteint.
    • Certaines affections digestives peuvent être en cause : un ulcère de l’estomac, une maladie inflammatoire de l’intestin
    • Une grossesse extra-utérine peut aussi être à l’origine d’une forte hémorragie.

Chez certaines personnes, même un choc léger peut avoir des conséquences graves. Si elles sont sous traitement anti-coagulant par exemple ou si elles souffrent d’une maladie affectant la coagulation du sang comme l’hémophilie. Si vous portez secours à une personne victime d’un accident, même s’il paraît mineur, veillez à lui poser ces questions pour éviter de passer à côté d’une hémorragie interne.

symptomes hémorragie interne

Les symptômes d'une hémorragie interne

Si vous venez en aide à une victime, il est généralement difficile de déceler si elle souffre d’une hémorragie interne. Dans ce cas, comment savoir ? En analysant les circonstances déjà, vous pourrez avoir des indices, si un saignement interne est possible. La victime a-t-elle reçu un choc ?

Vous pouvez ensuite observer si elle présente certains symptômes qui aident à reconnaître une hémorragie interne :

    • peau pâle : comme la victime perd du sang, elle est anémiée
    • peau moite et froide
    • peau bleutée au niveau des mains, des lèvres, etc.
    • sensation de soif
    • augmentation de la fréquence respiratoire
    • difficultés à respirer avec sensation d’étouffement
    • sensation de fatigue intense et de faiblesse
    • sueurs froides
    • nausées

Bien évidemment, tous ces symptômes ne sont pas forcément observables chez toutes les victimes d’hémorragies internes. Elles peuvent en présenter seulement quelques-uns parmi cette liste.

Parfois la personne ressent des douleurs au niveau de l’organe touché, mais ce n’est pas toujours le cas. Si elle est en état de choc ou souffre d’autres lésions externes par exemple, il est possible qu’elle ne perçoive pas la douleur interne.

Dans certains cas, vous observerez que la victime évacue du sang (en toussant ou crachant par exemple), c’est aussi le signe d’une hémorragie interne.

Quand l’hémorragie est grave ou que l’écoulement sanguin dure depuis longtemps, d’autres symptômes sont observés. Ces signes indiquent que la situation est grave et que le risque de décès est bien présent :

      • accélération du pouls (tachycardie)
      • baisse de tension pouvant aller jusqu’au collapsus ou choc hémorragique (arrêt de l’irrigation des organes)

Comment réagir face à une hémorragie interne ?

Si vous suspectez une hémorragie interne :

  • Allongez immédiatement la victime : soit à plat avec les jambes légèrement relevées, soit demi-assise si elle a des difficultés à respirer, soit en position latérale de sécurité si elle est inconsciente.
  • Contactez les secours (15 ou 112) en leur signalant les circonstances de l’accident et tous les signes listés ci-dessus que vous avez pu observer. Ne raccrochez que quand la personne au téléphone vous en aura donné l’autorisation.
  • Couvrez la victime avec une couverture de survie si vous en avez une (face argentée vers l’intérieur).
  • Ne pas lui donner à boire ou à manger.
  • Ne pas lui donner d’aspirine (elle fluidifie le sang et augmenterait l’hémorragie).
  • Restez à côté d’elle pour la rassurer jusqu’à ce que les secours arrivent.

Comment soigner l'hémorragie ?

Une hémorragie interne ne peut être soignée que par des professionnels de santé.

Dans un premier temps, ils peuvent mettre la victime sous oxygénothérapie pour apporter un peu plus d’oxygène à ses organes et poser une perfusion pour apporter un peu de liquide et éviter l’état de choc.

Ensuite, c’est en effectuant une analyse de sang et un examen d’imagerie (échographie, IRM, etc.) que les médecins détermineront s’il y a bien une hémorragie et où elle se situe avec précision.

Pour arrêter le saignement, ils peuvent avoir recours à une chirurgie ou une endoscopie afin de réparer la zone par laquelle le sang coule, et éventuellement une ponction pour enlever les poches de sang accumulées dans le corps qui peuvent gêner ou écraser certains organes.

Si la victime a perdu beaucoup de sang, elle peut avoir besoin d’une transfusion pour aider à restaurer plus rapidement le volume sanguin.

 Ce qu’il faut retenir

 
  • Une hémorragie est un saignement important qui ne s’arrête pas spontanément.
  • On parle d’hémorragie interne quand l’écoulement du sang ne se voit pas, il a lieu à l’intérieur du corps.
  • Elle est liée à la rupture d’un vaisseau, suite à un accident ou une maladie. 
  • Les signes d’une hémorragie interne sont difficiles à repérer, ils ne sont pas spécifiques (c’est à dire qu’ils peuvent correspondre à plusieurs autres problèmes de santé).
  • Ces signes, ainsi que les circonstances, peuvent vous alerter sur une éventuelle hémorragie interne.
  • Il faut prévenir au plus vite les secours pour qu’ils prennent en charge la victime.

L’hémorragie interne est une urgence vitale. Comme elle n’est pas visible et que seuls des professionnels de la santé peuvent la traiter, votre rôle consistera à repérer les signes évocateurs, prodiguer les premiers soins et alerter les secours.

Retour haut de page