Comment faire face à la canicule au travail ?

La question de la chaleur au travail en temps de canicule interroge de nombreux ouvriers et salariés. Medisafe répond à vos questions sur les précautions à prendre, la législation et tout ce qui concerne ce sujet.

canicule travail chaleur

Qu’est-ce qu’une canicule ?

La canicule consiste en une vague de chaleur qui persiste dans une zone donnée, pour une période d’au moins 3 jours, et pouvant aller jusqu’à quelques semaines. Elle se manifeste par un réchauffement important de l’air, de jour comme de nuit. Le taux d’humidité peut également accroître, ce qui augmente la sensation de chaleur. En ce qui concerne l’Europe, on parle de canicule pour des températures avoisinant les 30 à 35 °C le jour, et 18 à 20 °C la nuit. Il est toutefois important de préciser que ces valeurs varient légèrement d’une ville à une autre, si l’on ne parle que de la France, et également d’un pays à un autre.

En période d’épidémie de coronavirus et de canicule, le port du masque de protection (FFP2, en tissu norme AFNOR ou masque chirurgical de type 2) reste obligatoire, mais les conditions de travail doivent être adaptées afin de minimiser les risques pour les ouvriers et salariés.

Quels sont les risques de la chaleur sur le lieu de travail ?

Outre le déséquilibre qu’elle provoque au niveau de l’environnement, la canicule modifie également le fonctionnement du corps humain, et peut même engendrer certains problèmes plus ou moins graves :

  • Mauvaise régulation de la température corporelle
  • Mauvaise qualité du sommeil
  • Risque de déshydratation
  • Transpiration excessive
  • Accélération de la transpiration
  • Vasodilatation
  • Somnolence
  • Perte de connaissance
  • Malaise vagal

Le risque majeur réside dans l’hyperthermie ou coup de chaleur. Ceci peut s’avérer mortel pour une personne confrontée à une augmentation de la température corporelle, mais qui ne transpire pas comme il faut. Son organisme ne pourra alors pas se réguler à 37 °C. Le coup de chaleur se reconnaît par une grande faiblesse, une grande fatigue, des vertiges qui peuvent mener à des pertes d’équilibre voir des pertes de connaissance. Pour soigner une personne en coup de chaleur, il faut alerter les secours immédiatement (18, 15 ou 112 pour les pompiers et le SAMU) et rafraîchir la personne (la placer à l’ombre et l’hydrater).

Un autre danger particulièrement dangereux est la déshydratation. Comme le corps transpire énormément, il a besoin d’être constamment réhydraté. Lors d’une canicule, les besoins journaliers en eau sont de 2 à 4 litres. Il est à noter que l’eau doit être privilégiée, et surtout pas les tisanes, café ou thé, encore moins les boissons gazeuses, qui donnent plus envie d’uriner. La consommation de telles boissons favoriserait donc encore plus la déshydratation du corps.

Canicule et travail : est-on obligé d'aller travailler ?

Les fortes chaleurs peuvent nuire à la productivité au travail ainsi qu’à la santé du travailleur, notamment en ce qui concerne les ouvriers du BTP (Batîments et travaux publics) et autres personnes exerçant une activité physique en extérieur. Les risques sont engendrés par une forte chaleur sur le lieu de travail sont nombreux : déshydratation, coup de chaleur, vertiges, maux de tête, insolation, malaise… Il est possible pour un salarié se sentant faible de se poser la question s’il a une obligation, malgré les conditions, de rester sur son lieu de travail.

L’INRS estime qu’à partir d’une température dépassant les 33°c, la chaleur devient un réel risque sanitaire pour les travailleurs. Pourtant la législation en France ne prévoit pas de cas dans lequel les salariés n’ont plus obligation de travailler en raison de conditions climatiques trop chaudes.

Selon l’article L.4131-1 du Code du travail, les employés peuvent exercer leur droit de retrait dés lors qu’une situation présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ainsi que de toute défectuosité qu’il constate dans les systèmes de protection.

Il existe une exception, si les températures atteignent plus de 34°c dans un local climatisé et que le renouvellement d’air est défectueux, l’employeur a obligation d’évacuer les lieux.

Quelles sont les obligations pour l'employeur ?

L’employeur est dans l’obligation d’assurer la sécurité de ses salariés, ainsi il est obligé de mettre en place un ensemble de moyens permettant de garantir leur santé, grâce à un ensemble de précautions à mettre en place. Ces mesures de prévention sont nécessaires pour garantir la santé des travailleurs.

L’article L. 4121-1 du Code du Travail stipule que l’employeur doit prendre des mesures afin d’assurer la santé physique et mentale des travailleurs. En cas de canicule ou de fortes chaleurs, il se doit d’appliquer certaines mesures préventives.

  • L’employeur doit réduire les manutentions manuelles afin de réduire la cadence de travail physique des salariés.
  • Si les locaux sont fermés, l’air doit être renouvelé systématiquement de façon à éviter une hausse de température.
  • De l’eau fraîche doit être mise à disposition des travailleurs.
  • Les travailleurs à l’extérieur doivent être protégés de la chaleur. Des abris et zones d’ombre seront érigés au besoin.
  • Les employés doivent être informés des risques liés à la chaleur.
  • Tous les bâtiments doivent être équipés de filtres antisolaires et de ventilateurs.
  • Les horaires de travail pourront être réorganisés en commençant plus tôt dans la matinée pour avoir moins de travail, voire pas de travail dans l’après-midi.
  • Des pauses additionnelles peuvent être mises en place.

En amont, l’employeur doit avoir vérifié l’état des adaptations techniques pour limiter la chaleur ( contrôle de la climatisation par exemple).

En période de pandémie mondiale de COVID-19, les employeurs ont également obligation de mettre en place les mesures pour le respect des gestes barrières. Il est parfois nécessaire de s’adapter pour minimiser les risques liés au port du masque sous la chaleur.

Quels sont les droits de l'employé ?

Le salarié doit également se comporter en employé responsable lors d’une canicule et adopter des mesures pour sa sécurité et celle de ses collaborateurs.

  • Le droit de retrait au poste n’est applicable que si l’employé encourt un danger grave et imminent pour sa santé ou celle des autres travailleurs, notamment lorsque l’employeur ne met pas en place les mesures préventives essentielles à la société.
  • L’employé pourra avertir son employeur et appliquer son droit de retrait de son poste de travail.
  • Il peut ainsi demander à exercer en télétravail si les tâches qu’il assume le permettent.
  • Il doit réorganiser sa garde-robe et porter une tenue adaptée à la vague de chaleur : légère et de couleur claire, sans oublier une protection pour la tête. La tenue devra cependant être toujours conforme à l’image de la société ou aux exigences de sécurité sur le lieu de travail.
  • Restez le plus possible dans une zone climatisée ou à l’ombre.
  • Il appartient au salarié de se rafraîchir le plus souvent possible, avec un brumisateur, et en buvant régulièrement de l’eau, même sans sensation de soif.
  • L’employé peut s’équiper de packs de froid de cryothérapie réutilisables pour se rafraîchir.

 Ce qu’il faut retenir

 
  •  Une canicule correspond à plusieurs jours avec température dépassant les 35°c qui engendre une diminution de l’air expiré.
  •  Il est obligatoire de se rendre au travail, même en temps de canicule.
  • Les employés peuvent exercer leur droit de retrait si la situation de chaleur représente un risque.
  • La canicule peut faire craindre un coup de chaleur.
  • L’employeur a obligation de prendre les dispositions nécessaires pour assurer la santé de ses salariés.
  • En période d’épidémie de coronavirus, le respect des gestes barrières reste obligatoire même en temps de fortes chaleurs.

La chaleur représente un risque réel en temps de canicule pour les employés sur leur lieu de travail. L’employeur doit donc prendre un ensemble de précautions pour garantir la sécurité de ses salariés. 

Retour haut de page